Ouvriers symbolisent évolution des entrées de commandes dans le secteur secondaire ; Source : Monty Rakusen/cultura/Corbis

© Monty Rakusen/cultura/Corbis

Selon les informations de l'Office fédéral de la Statistique [1], les entrées de commandes dans les industries manufacturières ont reculé de 0,9 % en juillet par rapport au mois précédent. [2] Les commandes émanant du marché intérieur ont augmenté de 2,4 %. Les commandes venant de la zone euro et des pays hors zone euro ont enregistré un recul de respectivement 2,7 % et 4,0 %. La part des grosses commandes a été légèrement inférieure à la moyenne.

Comparées sur deux mois, les entrées de commandes ont fléchi de 3,1 % en juin/juillet par rapport à avril/mai. Cette évolution s'explique par une chute des biens d'équipements de -4,1 %. Tandis que les entrées de commandes dans les industries manufacturières émanant du marché intérieur ont augmenté de 0,7 %, celles en provenance de la zone euro et des pays hors zone euro ont diminué de respectivement 2,0 % et 8,0 %.

Après avoir connu un deuxième semestre 2017 très dynamique, les entrées de commandes dans les industries manufacturières se sont nettement affaiblies depuis le début de l'année. Les inquiétudes mondiales suscitées par les conflits commerciaux ont certainement joué un rôle dans ce contexte. En outre, depuis l'introduction de la nouvelle procédure d'essai mondiale harmonisée pour les voitures (WLTP), entrée en vigueur le 1er septembre 2017 dans l'UE, des retards temporaires sont enregistrés dans l'immatriculation de nouvelles véhicules. Le recul des commandes de véhicules et de composants automobiles correspond à 2 points de pourcentage du recul enregistré en juin et juillet dans l'ensemble des industries manufacturières qui s'élevait à 3,1 %. Une partie en sera probablement rattrapée. Les carnets de commandes sont toujours bien remplis dans les industries manufacturières et le climat des affaires s'est même amélioré récemment.

----------------------------------------

[1] Communiqué de presse de l'Office fédéral de la Statistique du 6 septembre 2018.
[2] Toutes les données se basent sur des informations provisoires et sont corrigées de l'influence des prix, des variations saisonnières et des jours ouvrables (méthode X13 JDemetra+).