Bundesregierung startet Wasserstoff-Kompass: Projekt H2-Kompass soll Fortschritte bei Wasserstoffinnovationen anzeigen

© BMWi

Le ministère fédéral de l'Enseignement et de la Recherche (BMBF) et le ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie (BMWi) ont donné le coup d'envoi au projet « boussole pour l'hydrogène » servant de base à l'élaboration d'une feuille de route pour l'hydrogène. L'objectif consiste à structurer et rassembler des données et faits dans un large processus de discussion afin de présenter les progrès réalisés en matière de technologies de l'hydrogène. La boussole pour l'hydrogène doit présenter de manière transparente les domaines dans lesquels des progrès sont nécessaires en matière d'innovation, mais aussi là où il existe un besoin d'action afin de supprimer des barrières et de promouvoir plus rapidement les innovations. Le projet est soutenu conjointement par le BMWi et le BMBF à hauteur de 4,2 millions d'euros et s'étend sur deux ans.
Anja Karliczek, ministre fédérale de la Recherche, a déclaré à ce propos : « Notre objectif est d'avoir une production climatiquement neutre d'ici 2045. Pour cela, nous avons besoin demain et après-demain de nouvelles technologies qui nous permettent d'atteindre cet objectif ambitieux. Une chose est certaine : cela ne doit pas freiner notre compétitivité et doit servir de base à notre future prospérité. C'est pourquoi je m'engage de toutes mes forces à ce que nous développions des technologies de l'hydrogène innovantes et prometteuses. La feuille de route pour l'hydrogène doit nous aider à gérer le mieux possible ce processus de long terme. Quelles barrières technologique devons-nous surmonter ? À quels effets écologiques, économique et sociétaux devons-nous faire attention ? Le projet « boussole pour l'hydrogène » donnera des réponses fondées à ces questions. »
Le ministre fédéral Peter Altmaier a déclaré à ce propos : « Notre objectif est de garantir et de développer durablement le rôle de leader de l'Allemagne dans le domaine de l'hydrogène. La recherche et les innovations sont la base du développement d'un site technologique allemand compétitif et neutre pour le climat. Pour cela, nous allons présenter une feuille de route de long terme pour l'hydrogène. Nous avons besoin d'innovations et nous devons veiller à ce que les innovations sortent des laboratoires et soient utilisées dans la pratique. Le projet « boussole pour l'hydrogène » peut y apporter une contribution importante. »

L'Allemagne doit devenir climatiquement neutre d'ici 2045. L'hydrogène vert qui est produit avec des énergies renouvelables est ici un élément clé. C'est en l'utilisant que nous pouvons veiller à ce que l'industrie et le trafic aérien et de poids lourds soient respectueux de l'environnement. L'une de nos tâches centrales est donc d'établir l'hydrogène comme source d'énergie et de permettre ainsi une production climatiquement neutre. Il convient de développer, en promouvant les innovations, la production d'hydrogène vert, mais aussi la répartition et le stockage de l'hydrogène ainsi que son utilisation dans les processus industriels et dans d'autres domaines d'application. Tel est le but du projet d'une durée de deux ans « boussole pour l'hydrogène » soutenu par le BMBF et le BMWi. Toutes les dimensions d'une économie de l'hydrogène future sont abordées dans le cadre d'un vaste processus participatif et des instruments basés sur des données et des faits sont développés afin d'élaborer la feuille de route pour l'hydrogène. Cette feuille de route présentera de manière transparente les étapes d'innovation et les besoins d'action et identifiera les innovations de l'hydrogène avec lesquelles l'Allemagne deviendra le pionnier d'une industrie compétitive et climatiquement neutre.

Le projet « boussole pour l'hydrogène » fait partie de la stratégie nationale de l'hydrogène. Il est financé par le BMBF et le BMWi dans le cadre du 7e programme de recherche sur l'énergie. Le projet « boussole pour l'hydrogène » est réalisé par acatech - Académie allemande des sciences techniques et DECHEMA - Société de technique chimique et de biotechnologie en étroite coopération avec le Conseil national de l'hydrogène que le gouvernement fédéral a établi comme comité consultatif pour la stratégie nationale de l'hydrogène ainsi qu'avec le réseau de recherche pour l'hydrogène comptant environ 1000 membres issus des milieux économique et scientifique.