Le ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie Peter Altmaier présente le plan d'action pour l'acier.

Le ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie Peter Altmaier présente le plan d'action pour l'acier.

© BMWi/Andreas Mertens

Aujourd'hui, le conseil des ministres a adopté le « Plan d’action pour l'acier – pour une industrie sidérurgique forte en Allemagne et en Europe » (en allemand) élaboré par le ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie.

Le ministre fédéral Peter Altmaier a déclaré à ce propos : « Avec le plan d’action pour l'acier, nous envoyons un signal fort pour une sidérurgie respectueuse de l’environnement et « made in Germany ». Nous voulons montrer qu’une protection du climat ambitieuse et une industrie compétitive vont de pair. Il est important que nous agissions maintenant afin que ce secteur de l’industrie qui est si important pour notre économie puisse continuer, dans 30 ans également, à avoir une production que reste compétitive et respectueuse de l’environnement. À cette fin, nous avons aujourd’hui fixé les bonnes conditions cadres. »

Hans Jürgen Kerkhoff, président de la Fédération allemande de l'acier (WV Stahl) : « L’industrie sidérurgique en Allemagne se réjouit de l’adoption du plan d’action pour l'acier par le gouvernement fédéral. Ainsi, un concept global cohérent pour la politique industrielle est instauré qui permette d’affronter les défis dans ce secteur. Il s'agit donc de se servir des prochains mois à bien des égards. Il faut gérer les conséquences de la crise du coronavirus, éviter une nouvelle crise en ce qui concerne l’importation de produits sidérurgiques et créer des conditions de concurrence équitables en matière de politique énergétique et climatique. De plus, il est important de mettre en place rapidement les instruments politiques en Allemagne et à l’échelle européenne pour la transformation vers une production sidérurgique à faible émission de CO2. »

Jürgen Kerner, trésorier principal de la Fédération de la métallurgie IG Metall et membre de la direction du syndicat responsable de l'industrie sidérurgique : « Pour les salariés, le plan d’action pour l'acier envoie un signal important pour une sidérurgie verte. Le gouvernement fédéral a ainsi créé une bonne base pour promouvoir la transformation de l’industrie sidérurgique. Ce n’est qu’en poursuivant de manière cohérente sur la voie d’une industrie sidérurgique neutre pour le climat que nous garantissons les 85 000 emplois dans l’industrie sidérurgique et de nombreux autres tout au long de la chaîne de création de valeur. Des programmes de subvention concrets et une mise en œuvre pratique doivent rapidement découler du plan d’action pour l'acier. La crise actuelle et la sous-exploitation du secteur qui en découle peuvent mener à des problèmes massifs de trésorerie et requièrent un accompagnement étroit de la part du gouvernement fédéral et des länder. C’est l'unique moyen de pouvoir instaurer « une sidérurgie verte » en Allemagne. »

Avec ce document, le gouvernement fédéral présente un concept global politique pour une industrie sidérurgique forte, compétitive à l’échelle internationale et neutre en émissions polluantes sur le long terme en Allemagne. L’acier devrait être également produit sur le long terme de manière compétitive, au sein même de l’Europe, dans le respect des standards environnementaux et de protection du climat. Avec ce plan d’action, le gouvernement fédéral veut atteindre ses objectifs :

  1. créer des chances équitables pour tous sur le marché mondiale de la sidérurgie ;
  2. renforcer la protection contre les fuites de carbone pour les industries sidérurgiques et autres industries à forte consommation d’énergie ;
  3. permettre un passage à une production sidérurgique respectueuse de l’environnement et utiliser les opportunités de devenir pionnier en matière de technologies innovantes de protection de l’environnement.

En s’appuyant sur le « plan d’action pour l'acier », il s’agit de soutenir les investissements futurs dans les technologies à faible ou sans émission de gaz à effet de serre dans l’industrie sidérurgique et de faire avancer l’utilisation industrielle de l’hydrogène.

La situation de l'industrie sidérurgique et des autres industries primaires nécessite un réexamen des instruments de l’Union européenne en matière de politique commerciale et doit être prise en compte dans le cadre de la réforme du système d’échange de quotas d’émission et de la révision du cadre concernant les aides d’État pour le Pacte vert pour l’Europe. C’est la raison pour laquelle l’avenir de l’industrie sidérurgique va également devenir un sujet important pour la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne. Le contexte international de l’industrie sidérurgique s’est empiré ces dernières années, notamment en raison des surcapacités sur les marchés internationaux, d’un environnement qui n’est pas facile pour la politique commerciale et d’objectifs environnementaux et climatiques ambitieux. Dans cette situation difficile, les entreprises sidérurgiques doivent prendre des décisions en matière d’investissements qui ont des effets sur le long terme en faveur d'une production sidérurgique à faible émission de CO2. Des calculs approximatifs du secteur sidérurgique prévoient des investissements d’un montant d’environ 30 milliards d’euros à cette fin en Allemagne.