Travailleur de laboratoire avec microscope

© fotolia.com/auremar

Les principaux partenaires de l'Alliance pour la formation initiale et continue ont convenu aujourd'hui de mesures pour atténuer l'impact de la crise du coronavirus sur la formation en alternance. Sous l'égide du ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie Peter Altmaier, les représentants du gouvernement fédéral, de l'Agence fédérale pour l'emploi, des länder, de la Confédération des associations patronales (BDA), de l'Union fédérale des professions libérales (BFB), de l'Association des Chambres de commerce et d'industrie allemandes (DIHK), de l'Union centrale de l'artisanat allemand (ZDH) et des syndicats ont adopté aujourd'hui une déclaration commune de l'Alliance pour la formation initiale et continue pour répondre à la crise du coronavirus. Les signataires souhaitent faire en sorte que les apprentis puissent poursuivre leur formation et participer aux examens malgré la situation actuellement difficile. Par ailleurs, ils se sont fixés pour objectif d'offrir suffisamment de postes de formation aux futurs apprentis.

Le ministre fédéral Peter Altmaier a déclaré à ce propos : « Face à la situation de crise actuelle, il est essentiel de créer des conditions cadres fiables pour la formation en alternance pour pérenniser notre base de main-d'œuvre qualifiée de demain. C'est maintenant, que les entreprises ont besoin de notre soutien pour leur permettre de poursuivre leurs activités de formation de manière qualifiée. Grâce à une prime que nous octroyons aux entreprises qui reprennent des apprentis issus d'entreprises en faillite, les jeunes ayant déjà entamé une formation peuvent terminer leur formation également en temps de crise due au coronavirus. »

Hubertus Heil, ministre fédéral du Travail, a fait la déclaration suivante : « La formation en alternance est une image de marque de notre pays et garantit un avenir prospère. Nous devons donc assurer sa survie surtout en temps difficiles. Faire en sorte que les jeunes puissent commencer ou terminer une formation en 2020 aussi me tient particulièrement à cœur. C'est la raison pour laquelle nous avons convenu aujourd'hui de différentes mesures de soutien. Nous ne nous battons pas seulement pour chaque emploi mais aussi pour chaque poste d'apprentissage. »

Anja Karliczek, ministre fédérale de la Recherche, a déclaré à ce propos : « C'est justement dans la crise que les atouts de la formation en alternance se font ressentir. Elle est un des fondements sur lesquels s'appuie notre puissance économique. Pour la maintenir, nous devrions faire des investissements en faveur de la performance de notre système de formation en alternance. Grâce aux mesures adoptées aujourd'hui par l'Alliance pour la formation initiale et continue, les jeunes peuvent suivre une formation même en ces temps difficiles. Une fois de plus en Allemagne, l'étroite coopération entre les parties prenantes, et notamment les partenaires sociaux, résiste au temps. Ensemble, nous garantissons que les apprentis peuvent terminer leur formation même si des examens doivent être annulés ou reportés. Par ailleurs, nous investissons dans des formats de formation numérique et dans du matériel grâce à un programme d'aide immédiate mis en place dans le cadre du « pacte numérique pour les écoles » (DigitalPakt Schule). Les écoles professionnelles en bénéficient également. Malgré les contraintes dues à la crise du coronavirus, l'apprentissage et la formation continuent donc. »

Annette Widmann-Mauz, ministre adjointe de l'Intégration, a fait la déclaration suivante : « Les personnes issues de la migration et les réfugiés sont particulièrement touchés par les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus. Beaucoup d'entre eux travaillent dans l'hôtellerie ou dans la gastronomie ou y suivent une formation. Nous devons tout mettre en œuvre pour éviter que nos acquis en matière d'intégration sur le marché du travail ne soient pas remis en cause. L'intégration dans la formation et sur le marché du travail sera donc une priorité du plan d'action national pour l'intégration du gouvernement fédéral. »

Stefanie Hubig, présidente de la Conférence permanente des ministres de l'Éducation et des Affaires culturelles des länder et ministre de l’Éducation de Rhénanie-Palatinat, a déclaré à ce propos : « La formation professionnelle et les écoles professionnelles créent des opportunités d'avenir pour les jeunes, elles contribuent à l'équité en matière de formation et sont décisives pour la compétitivité des entreprises allemandes. Avec leurs concepts pour la réouverture et des critères d'hygiène stricts, les établissements de la formation professionnelle font preuve de capacités d'adaptation et de performance même dans un contexte difficile. Il est crucial de permettre aux apprentis de poursuivre leur parcours. Les länder et les écoles professionnelles feront tout pour éviter que les apprentis se trouvent défavorisés en raison de la pandémie de coronavirus. »

Detlef Scheele, directeur de l'Agence fédérale pour l'emploi, d'ajouter : « Ensemble, nous devons nous fixer pour objectif d'éviter une « année de formation coronavirus ». En offrant ses services de conseil et des prestations de soutien, l'Agence fédérale pour l'emploi contribue à rapprocher les entreprises des candidats aux postes de travail en temps de crise. Dans ce contexte, nous misons cette année encore plus qu'avant sur des offres numériques pour les élèves, par exemple avec notre logiciel d'exploration en ligne « Check U ». Nous redoublons de contact personnel avec les entreprises de formation et offrons des services de conseil pour la conclusion et la stabilisation de contrats. De plus, nous nous servons aussi de nos dispositifs politiques en matière d'emploi au service des jeunes et des entreprises. Nous disposons des capacités nécessaires pour ce faire. »

Eric Schweitzer, président du DIHK, a ajouté : « Aujourd'hui, nous adoptons les premières mesures grâce auxquelles nous souhaitons conserver les contrats de formation et offrir de nouvelles offres de formation. Nous allons observer de près le marché de la formation et aider les entreprises de manière ciblée en fonction de leur région, secteur ou taille d'entreprise là où elles ne sont plus en mesure d'offrir des programmes de formation sans aide extérieure. Cette année, la possibilité de faire un stage d'introduction est particulièrement importante pour les candidats ayant de moins bons résultats pour qu’ils puissent entrer rapidement dans une entreprise et obtenir aussi vite que possible un contrat de formation. Les chambres et les associations vont par exemple tester des speed datings, les chambres vont élargir leur plateformes de postes d'apprentissage et s'employer en faveur des apprentis pour qu'ils puissent passer leurs examens finaux malgré le contexte difficile. »

Elke Hannack, vice-présidente de la Confédération des syndicats allemands (DGB) : « Aujourd'hui, l'Alliance met en place un bouclier de protection pour la formation. Nous envoyons un signal fort avec le train de mesures que nous adoptons aujourd'hui : nous nous battons pour chaque poste d'apprentissage. Nos dispositifs tels que les primes d'engagement à l'embauche, la répartition de la formation des apprentis entre plusieurs entreprises, la formation avec détachement temporaire de l'apprenti et, en dernier ressort, la formation payée par l'État vont contribuer à assurer les perspectives d'avenir des jeunes. Ainsi, nous faisons comprendre aux jeunes : nous avons besoin de vous. Soumettez vos candidatures à un poste d'apprentissage, contactez les entreprises, utilisez les nombreuses plateformes de postes d'apprentissage et offres de conseil. En même temps, nous lançons un appel aux entreprises : formez des jeunes, prenez soin des apprentis pour éviter qu'à la crise du coronavirus ne s'ensuive une crise de la main-d'œuvre qualifiée. »

Concrètement, les partenaires de l'Alliance ont convenu d'octroyer temporairement une prime aux entreprises offrant un contrat de formation aux apprentis issus d'une entreprise en faillite. Par ailleurs, afin de stabiliser la situation des apprentis de l'année 2020/21, les entreprises peuvent recourir plus facilement à la répartition de la formation des apprentis entre plusieurs entreprises et à la formation avec détachement temporaire de l'apprenti qui présentent de nombreux avantages. De plus, les partenaires de l'Alliance souhaitent mieux cibler leurs offres de conseil et leurs activités d'entremise destinés aux jeunes et aux entreprises, également à l'aide d'un plus grand nombre de formats numériques.

Ils continueront d'observer les conséquences de la pandémie à moyen et à long terme et prendront, le cas échéant, d'autres mesures pour stabiliser le marché de la formation.

Vous trouverez le texte de la déclaration commune ici (en allemand) (PDF, 298 KB). Vous trouverez de plus amples informations sur l'Alliance pour la formation initiale et continue et ses partenaires sur www.bmwi.de.

Logos l'Alliance pour la formation initiale et continue