Avion de Lufhansa

© iStock/Jozsef Soos

Aujourd'hui, lors de la réunion du Fonds de stabilisation de l'économie, le gouvernement fédéral a convenu d'un vaste train de mesures pour Lufthansa. Avant la pandémie de coronavirus, l'entreprise fonctionnait bien, était rentable et avait de bonnes perspectives d'avenir, mais en raison de la crise du coronavirus, elle fait maintenant face à des difficultés qui menacent son existence. Le plan de stabilisation du gouvernement allemand prend en compte les besoins de l'entreprise aussi bien que les besoins des contribuables et des employés du Groupe Lufthansa, qui dépendent de la survie d'une entreprise forte.

Il comprend les points suivants :

  • le total des mesures de stabilisation s'élèvent à 9 milliards d'euros,
  • dont 3 milliards d'euros sous forme de prêt consortial du KfW (Institut de crédit pour la reconstruction), auquel les banques privées participent à hauteur de 600 millions d'euros ;
  • le Fonds de stabilisation de l'économie acquiert une participation tacite I pour un montant de près de 4,7 milliards d'euros qui peut être reconnue comme capital propre selon IFRS ;
  • de plus, le Fonds de stabilisation de l'économie acquiert 20 % des actions de Lufthansa avec droit de vote limité pour un montant de près de 0,3 milliards d'euros dans le cadre d'une augmentation de capital ;
  • une autre participation tacite II pour un montant de près de 1 milliard d'euros qui peut être transformée en actions (pour au minimum 5 % de plus) dans certaines conditions (en cas d'acquisition/ de non-paiement des coupons par Lufthansa) ;
  • le gouvernement fédéral obtiendra deux sièges au conseil d'administration, où il sera représenté par des experts indépendants.

La Lufthansa s'engage à poursuivre les objectifs de développement durable, et notamment de renouveler sa flotte. D'importantes restrictions en termes de rémunération du directoire de Lufthansa, des directoires des sociétés du groupe et des responsables de Lufthansa sont prévues.

L'offre de soutien financier a été présentée à Lufthansa et va maintenant être discutée par les organes compétents de Lufthansa. En cas d'accord de la part de Lufthansa, ce plan d'aide devra encore être soumis à la Commission européenne pour autorisation en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État. Le gouvernement fédéral mène déjà des pourparlers intenses avec la Commission à ce sujet.

Le comité du Fonds de stabilisation de l'économie a été établi en prenant appui sur la loi sur la mise en place d'un fonds de stabilisation de l'économie. Ce Fonds sert à stabiliser les entreprises traversant des difficultés qui auraient des conséquences particulièrement importantes pour l'économie ou le marché du travail. Les ministères suivants sont représentés au sein du comité du Fonds de stabilisation de l'économie : le ministère fédéral des Finances, le ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie, la chancellerie fédérale, le ministère fédéral des Transports et des Infrastructures numériques, le ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales ainsi que le ministère fédéral de la Justice et de la Protection des Consommateurs.