Conteneur

© istockphoto.com/hxdyl

Le gouvernement fédéral met en place un bouclier de protection à hauteur de 30 milliards d'euros avec les assureurs-crédits afin de garantir les crédits fournisseurs des entreprises allemandes et de soutenir l'économie en cette période difficile. Les garanties de crédits protègent les fournisseurs contre les défauts de paiements quand un acheteur en Allemagne ou à l'étranger ne peut ou ne veut pas payer la facture.

Le ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie, Peter Altmaier, a déclaré à ce propos :« Cette crise est une menace pour beaucoup d'entreprises car celles-ci ne reçoivent plus de commandes. Quand elles ont encore des commandes, il n'est pas certain que le client puisse payer à la fin. C'est la raison pour laquelle nous faisons en sorte que les assureurs-crédits continuent à se porter garant en cas de défaut de paiement grâce à un bouclier de protection de 30 milliards d'euros et nous contribuons ainsi à maintenir les chaînes d'approvisionnement en Allemagne et dans le monde. »

Olaf Scholz, ministre fédéral des Finances, a fait la déclaration suivante : « Avec le bouclier de protection, nous assurons la circulation des marchandises et nous veillons à maintenir la fluidité des flux de marchandises car nous en avons urgemment besoin. Le bouclier de protection est donc un élément important du vaste train de mesures du gouvernement fédéral afin de continuer à stabiliser l'économie. Grâce à ce bouclier de protection, les assureurs-crédits peuvent maintenir les promesses de garantie déjà faites et accepter de nouvelles garanties, malgré l'augmentation importante des risques de défauts de paiement. Nous agissons ainsi de manière prospective, car actuellement, de nombreux clients peuvent encore très souvent surmonter les difficultés sans notre aide. »

Le gouvernement fédéral met en place une garantie pour le paiement des indemnités des assureurs-crédits jusqu'à 30 milliards d'euros pour l'année 2020. Grâce à l'effet de levier qui en découlera, un volume d'affaires à hauteur de près de 400 milliards d'euros sera garanti. Les assureurs-crédits y participent de manière substantielle et laissent au gouvernement fédéral 65 % des recettes issues des primes en 2020. De plus, ils assument les pertes jusqu'à 500 millions d'euros et les risques de défauts qui dépassent la garantie du gouvernement fédéral.