Une main humaine touche la main d'un robot.

© stock.adobe.com/Gorodenkoff

Les 3 et 4 décembre 2020 s'est tenue la première réunion des États fondateurs du « Partenariat mondial sur l'intelligence artificielle » (PMIA), dont l'Allemagne qui est représentée par le ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales (BMAS) et le ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie (BMWi). Le PMIA a été créé le 15 juin 2020. Il s'agit d'une initiative visant à promouvoir un développement et une utilisation responsables et centrés sur l'humain de l'intelligence artificielle. Thomas Jarzombek, le délégué du BMWi à l'économie numérique et aux start-up, a participé pour le compte du gouvernement fédéral à la séance constitutive du conseil du PMIA le 4 décembre. À cette occasion, l'adhésion de nouveaux États membres était également sur l'agenda.

Björn Böhning, secrétaire d'État au ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales a déclaré à ce propos : « L'utilisation de l'intelligence artificielle doit être conçue de façon politique et socioéconomique et cela largement au-delà des frontières nationales. Il est donc d'autant plus important de coopérer et d'échanger nos connaissances jusqu'à présent acquises à l'échelle internationale dans des forums tels que le PMIA. Nous avons besoin d'un cadre réglementaire commun pour l'IA afin de garantir une utilisation et un développement de l'intelligence artificielle centrés sur l'humain. Après cette première réunion plénière du PMIA, je suis très optimiste que le partenariat peut apporter des contributions précieuses. »

Thomas Jarzombek, le délégué du ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie à l'économie numérique et aux start-up, s'est exprimé à ce sujet : « L'intelligence artificielle est la technologie clé de l'avenir. Le ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie crée avec GAIA-X une infrastructure de données sûre pour des applications innovantes et mises en réseau. En même temps, nous augmentons les investissements dans l'intelligence artificielle pour passer de trois à cinq milliards d'euros d'ici 2025. Ainsi, nous voulons poser les fondements d'une économie compétitive après la pandémie de COVID-19. Parallèlement, nous souhaitons améliorer les échanges et la coopération internationaux dans le cadre du PMIA qui représente le premier forum pluripartite consacré à ce sujet à l'échelle mondiale. Dans ce contexte, la stratégie pour l'intelligence artificielle du gouvernement fédéral qui a été révisée récemment (2.12.) est notre fil directeur. »

Le PMIA réunit des experts de la recherche, de la politique, de l'économie et de la société civile qui observeront les évolutions dans le domaine de l'intelligence artificielle et définiront de manière indépendante des recommandations à l'intention des décideurs politiques. Depuis la création officielle du PMIA en juin 2020, les experts se sont regroupés dans cinq groupes de travail. Ils se consacrent aux sujets suivants : l'avenir du travail, l'innovation et la commercialisation, IA responsable, le potentiel de l'IA pour la lutte contre la pandémie et la gouvernance des données.

La première réunion plénière a été placée sous le signe d'un échange de connaissances. Les experts ont présenté les rapports des groupes de travail et ont discuté des résultats. Dans le cadre de la coopération future, ils doivent également donner des recommandations de politique aux États membres.

L'Allemagne compte parmi les États fondateurs du GMIA et participe activement à la conception et au développement de l'initiative.

Vous trouverez des informations complémentaires sur les sites www.gpai.ai (en anglais), www.bmwi.de et www.bmas.de (en allemand).