Elisabeth Winkelmeier-Becker, secrétaire d'État parlementaire : Nous avons besoin d'un système de normalisation fort et avec moins de bureaucratie pour la réussite du Pacte vert pour l'Europe

Elisabeth Winkelmeier-Becker, secrétaire d'État parlementaire : Nous avons besoin d'un système de normalisation fort et avec moins de bureaucratie pour la réussite du Pacte vert pour l'Europe

Dans le cadre de la présidence allemande du Conseil de l'Union européenne, le ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie organise l'atelier virtuel européen « Renforcer les normes et standards européens – dynamiser le Pacte vert pour l'Europe ».

Elisabeth Winkelmeier-Becker, secrétaire d'État parlementaire auprès du ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie, s'est exprimée à ce propos : « La crise provoquée par la pandémie a rendu particulièrement visible toute l'importance d'un système de normalisation qui fonctionne bien et est soutenu par l'économie. Toutefois, à l'échelle européenne, les procédures doivent être allégées et devenir plus rapides. La présidence allemande du Conseil de l'Union européenne aimerait discuter de manière constructive avec toutes les parties prenantes sur diverses propositions afin de réaliser avec succès nos objectifs communs, tels que le Pacte vert pour l'Europe, et que les normes et les standards puissent contribuer efficacement à la croissance propre. »

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie, les organisations de normalisation ont mis à disposition un nombre important de normes, qui sont en temps normal payantes, et a également pris des initiatives en ce qui concerne par exemple les règles de comportement et les masques de protection.

La présidence allemande du Conseil de l'Union européenne discute à l’occasion de l’atelier avec des représentants de haut niveau de l'économie européenne, des organisations de normalisation et de standardisation et des entreprises sur la situation et l'avenir des normes harmonisées européennes.

Le système de normalisation avec le CEN et le CENELEC, qui a été développé à l'échelle européenne et est soutenu par l'économie et nos organisations nationales en Allemagne DIN (Institut allemand de normalisation) et DKE (Commission allemande de l’électrotechnique), a fait ses preuves en tant que système proposant des règles techniques sur base volontaire et faisant partie intégrante de l'infrastructure qualité. Mais cela ne suffit pas. Des propositions d'accélération doivent être développées par les pays membres et avec la Commission européenne, qui est responsable de la publication de normes harmonisées européennes. Le but est notamment de préserver l'indépendance de l'Europe en ce qui concerne l'économie circulaire et la numérisation, et ce au moyen de bonnes normes. Il s'agit également de montrer les résultats européens et de faire entendre notre avis face à la concurrence internationale. Ainsi, les objectifs communs tels que le Pacte vert peuvent être réalisés.