Le ministre fédéral Peter Altmaier en visite à l'entreprise technologique Zoox à la Silicon Valley

Le ministre fédéral Peter Altmaier en visite à l'entreprise technologique Zoox à la Silicon Valley

© BMWi/Susanne Eriksson

Peter Altmaier, ministre fédéral de l'Économie, s'est rendu aux États-Unis du 8 au 12 juillet 2019. Il a visité San Francisco et la Silicon Valley, Washington D. C. et Alabama. Ce voyage de six jours devait souligner l'importance des relations transatlantiques pour l'économie allemande.

Le ministre fédéral Peter Altmaier a fait la déclaration suivante : « Des relations transatlantiques fortes sont bénéfiques pour les deux parties. Pendant mon voyage, je tiens donc à montrer à quel point des relations économiques exemptes de conflits sont importantes des deux côtés de l'Atlantique, que ce soit dans les secteurs traditionnels tels que l'industrie automobile ou sur les marchés d'avenir du numérique. Nous souhaitons coopérer étroitement avec les États-Unis dans les domaines d'avenir tels que l'AI, l'économie de plateforme et le capital-risque ainsi que dans les domaines de la sécurité, de la protection et de la disponibilité des données. C'est donc à bon escient que j'ai choisi de commencer mon voyage à la Silicon Valley. L'Allemagne et l'Europe ont l'opportunité de fixer conjointement avec les États-Unis des normes en matière de politique numérique et de participer à la définition des règles du jeu internationales de l'économie des données. Nous devons saisir cette opportunité. »

Lors de la première étape de son voyage à San Francisco, le ministre Peter Altmaier a visité l'entreprise Zoox qui est active dans le domaine de la conduite autonome et a eu des échanges avec d'autres entreprises de la Silicon Valley.
À Washington D. C., il a discuté, entre autres, avec Robert Lighthizer, représentant au Commerce, et avec Wilbur Ross, ministre de l'économie, des insécurités actuelles dues à la politique commerciale américaine; il a prôné des solutions en faveur d'un commerce libre et équitable.

L'UE et les États-Unis agissent sur un pied d'égalité en tant que partenaires commerciaux. La coopération est donc la bonne voie afin de faire des progrès des deux côtés. Les États-Unis restent pour l'Allemagne le marché à l'exportation le plus important. En 2018, 9 % des exportations allemandes étaient destinées aux États-Unis. Dans les échanges transatlantiques, des conditions générales stables sont donc cruciales pour l'économie allemande. En même temps, l'Allemagne est le quatrième investisseur étranger aux États-Unis, et des filiales allemandes sont le quatrième plus grand employeur aux États-Unis. En 2017, les investissements directs allemands s'élevaient à environ 406 milliards de dollars. Par ailleurs, la formation en alternance jouit d'une réputation croissante outre-Atlantique. Depuis 2011, le model allemand est appliqué dans la formation professionnelle. Les entreprises ne contribuent donc pas seulement à augmenter les exportations en provenance des États-Unis mais elles apportent également une contribution précieuse à la pérennisation de la main-d'œuvre qualifiée sur place.

Vers la fin de son voyage, M. Altmaier a visité l'usine Mercedes Benz à Tuscaloosa pour souligner ce double effet. L'exemple de Mercedes Benz montre comment les États-Unis bénéficient des investissements allemands : l'entreprise a investi plus de 6 milliards d'euros dans l'usine de Tuscaloosa qui emploie environ 3800 personnes. Sa capacité de production annuelle s'élève à 300 000 véhicules, l'usine est le deuxième plus grand exportateur d'automobiles aux États-Unis. Actuellement, environ 200 équipementiers établis aux États-Unis travaillent pour l'usine Mercedes Benz à Tuscaloosa.