Source : iStock.com/primeimages

© iStock.com/primeimages

Les ministres du Commerce de l'UE se sont rencontrés le 22 février à Bucarest (Roumanie) afin d'aborder les défis actuels en matière de politique commerciale. Le thème principal était les consultations concernant les propositions de mandat de la Commission européenne sur les futures relations commerciales entre l'UE et les États-Unis (accord sur la suppression des tarifs douaniers industriels et sur les économies de coûts lors des contrôles de produits).

Le ministre fédéral Peter Altmaier a déclaré : « L'accord de libre-échange réussi avec le Japon et l'approbation du Parlement européen donné à l'accord de libre-échange avec le Singapour sont des signaux positifs du libre-échange qui permettent à l'Europe de faire face aux tendances protectionnistes mondiales. L'UE est prête pour un accord de réduction des tarifs douaniers industriels avec les États-Unis. Cet accord renforcerait aussi la conjoncture mondiale qui souffre déjà des conséquences du conflit commercial. Nous avons fait aujourd'hui un pas en avant mais nous avons encore une grande route à parcourir. La volonté transatlantique de résoudre les problèmes est plus que jamais nécessaire. »

Les ministres du Commerce se sont par ailleurs consultés au sujet de la modernisation de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Peter Altmaier a déclaré à ce propos : « Sans l'OMC, les relations commerciales seraient régies par la « loi du plus fort ». L'OMC est une institution jouant un rôle central pour des échanges commerciaux internationaux fondés sur des règles. Nous devons la renforcer face aux défis du 21ème siècle. L'Allemagne et la Commission européenne travaillent dans ce sens avec de nombreux partenaires internationaux et notamment les États-Unis et la Chine. »

Ce qui importe dans le cadre de la modernisation de l'OMC, c'est le rétablissement du fonctionnement du règlement des différends de l'OMC, la suppression des lacunes du cadre réglementaire de l'OMC, par exemple en matière de subventions et de commerce électronique et l'amélioration du travail de l'OMC, y compris de celui de ses comités et organes.