Source : iStock.com/D-Keine

© iStock.com/D-Keine

Le 18 décembre, la Commission européenne a autorisé le soutien financier à la microélectronique dans le cadre d'un projet important d'intérêt européen commun (PIIEC).

Désormais, des entreprises allemandes, françaises, italiennes et britanniques peuvent recevoir un soutien dans la recherche et le développement de nouvelles applications microélectroniques jusqu'à leur première utilisation commerciale. La voie est donc libre pour un soutien financier du gouvernement fédéral à hauteur d'un milliard d'euros.

Peter Altmaier, ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie, a déclaré à ce propos : « Aujourd’hui est une bonne journée pour les économies allemande et européenne et pour leurs employés : la Commission européenne et les États membres participants ont pour la première fois initié ensemble avec l'industrie un PIIEC. Avec la microélectronique, nous investissons dans une technologie centrale de la numérisation qui est aussi la base de champs d'avenir tels que l'intelligence artificielle et de nouvelles technologies quantiques. Nous allons dégager environ un millard d'euros à cet effet et renforcer ainsi durablement les compétences en matière de semi-conducteurs en Europe et en Allemagne. Les États membres envoient un signal clair : nous travaillons ensemble et unissons nos forces afin de renforcer la croissance, l'emploi et la compétitivité en Europe. Telle est la voie que nous devons parcourir afin de rester à la pointe au niveau international. »

En Allemagne, les entreprises participantes au PIIEC microélectronique, parmi lesquelles Bosch, Infineon, GlobalFoundries, Osram et Zeiss, ont déjà commencé en 2017 à mettre en oeuvre des projets d'un volume de 3,1 milliards d'euros, et ce à leurs propres risques. Grâce à l'autorisation conforme aux règles en matière d'aides donnée par la Commission européenne, le gouvernement fédéral peut désormais soutenir financièrement ces investissements.

C'est surtout le cluster microélectronique situé en Saxe qui en profitera, où le gouvernement fédéral soutiendra l'implantation de la nouvelle usine de fabrication de puces de Bosch. Le ministre fédéral Peter Altmaier a déclaré à ce sujet : « Nous pouvons enfin soutenir sérieusement la microélectronique qui est une technologie clé: pour l'Europe, pour l'Allemagne et pour la Saxe. Le cluster en développement depuis 50 ans situé à Dresde et aux alentours sera étendu et sa position de moteur innovant en Europe renforcé. »