Norbert Brackmann, coordinateur du gouvernement fédéral des industries maritimes, lors de la réunion sur le statut du programme de recherche maritime

Norbert Brackmann, coordinateur du gouvernement fédéral des industries maritimes, lors de la réunion sur le statut du programme de recherche maritime

© BMWi/Andreas Mertens

Le gouvernement fédéral lance un signal fort pour la recherche maritime : 45 millions d'euros supplémentaires sont disponibles pour la branche au cours des quatre prochaines années. Dans le cadre du nouvel axe prioritaire « Maritime.Green propulsion », davantage de projets contribuant fortement à la transition énergétique maritime sont soutenus.

Norbert Brackmann, coordinateur du gouvernement fédéral des industries maritimes, a déclaré : « Notre économie maritime est très performante. En tant que coordinateur du gouvernement fédéral des industries maritimes, j'ai pour mission de mettre les voiles et d'améliorer continuellement le cadre de l'économie maritime. Nous avons désormais la chance de faire avancer des projets de recherche supplémentaires et de nous positionner à l'échelle internationale comme site de recherche maritime. Les fonds financiers supplémentaires donnent un solide appui à la branche. »

La numérisation et les « systèmes intelligents » à bord bouleversent également l'économie maritime et placent la sécurité maritime devant de nouveaux défis. Des solutions viables à l'avenir sont nécessaires rapidement sur terre et à bord des bateaux. L'utilisation durable des ressources maritimes revête par ailleurs toujours plus d'importance.

Norbert Brackmann a présenté le 13 décembre le nouvel axe prioritaire dans le cadre de la réunion sur le statut du programme de recherche maritime qui s'est tenue à Berlin. Intitulé « Maritime.Green propulsion », le nouvel axe prioritaire doit, d'ici 2019, promouvoir davantage les projets contribuant significativement à la transition énergétique maritime. L'objectif de long terme est d'avoir des bateaux à émission zéro. Dans un premier temps, des « E-Fuels » neutres en émissions sont nécessaires. Ils sont extraits lors de la transformation d'énergie électrique produite à partir d'énergies renouvelables en carburants synthétiques (appelés « Power to Fuel », conversion d'électricité en carburant).

Norbert Brackmann : « Il règne une véritable athmosphère de renouveau parmi les constructeurs de moteurs maritimes. La branche souhaite avoir des technologies propres pour des bateaux propres. Cela nécessite des instruments de soutien efficaces permettant d'encourager des évolutions technologiques, d'augmenter la sécurité de planification des entreprises et d'obtenir une stratégie golable intersectorielle dans l'industrie. Nous avons veillé à mettre à disposition des moyens financiers suffisants. »