source : iStock.com/ryasick

© iStock.com/ryasick

Le 14 novembre, le Parlement européen a approuvé à Strasbourg le code des communications électroniques européen. Il entraîne une modernisation complète et une synthèse de quatre directives européennes en un acte réglementaire. Le code contient en particulier des règles plus flexibles sur la réglementation du marché. Il doit donner des incitations à investir dans les réseaux de communication à haut débit surtout dans les zones rurales. Il renforce par ailleurs les droits des consommateurs. À compter du 15 mai 2019 déjà, il existera des prix plafonds pour les appels et les SMS envoyés de l'Allemagne vers les pays de l'Union européenne. Les appels ne coûteront plus que 19 centimes par minute au maximum et les SMS 6 centimes.

Peter Altmaier a fait la déclaration suivante : « Cette directive globale posera les jalons du cadre réglementaire numérique européen dans de nombreux domaines centraux comme la réglementation du marché, la politique des fréquences et la protection des utilisateurs finaux. Je m'attend d'une part à des impulsions importantes pour un développement plus rapide des réseaux gigabits en Allemagne et dans l'Union européenne. Le code établit d'autre part des règles modernisées et harmonisées pour la protection des consommateurs à un haut niveau dans le secteur des télécommunications. Cela est non seulement important pour les consommateurs, mais aussi pour les entreprises actives sur le marché intérieur numérique européen ou souhaitant s'expandre sur ce marché. Je suis certain que le Conseil donnera son consentement le 4 décembre et que la directive entrera déjà en vigueur cette année. »

La nouvelle réglementation européenne en matière de télécommunications apporte une contribution importante à l'achèvement du marché intérieur numérique. Elle constitue la base du développement privé d'infrastructures de communication généralisées et performantes et de l'accès à des connexions de données haute vitesse. Il s'agit de la condition essentielle pour l'Allemagne et l'Europe afin de rester également compétitives dans un monde numérisé et de permettre à tous les citoyens de l'UE de participer au changement numérique.