Peter Altmaier, Ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie

Peter Altmaier, Ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie

© BMWi/Susanne Eriksson

La relance de l'économie allemande se poursuit. Le gouvernement fédéral table sur une augmentation de 1,8 % du PIB (en chiffres corrigés des prix) pour l'année en cours. Pour 2019 également, une croissance de 1,8 % est attendue.

Peter Altmaier, ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie, a déclaré :
« L'économie allemande pousuit sa relance et comptera l'année prochaine sa dixième année de relance consécutive. Il s'agit de la phase de croissance la plus longue depuis 1966 et de la deuxième la plus longue en général. La population allemande bénéficie de cette situation économique prospère. D'ici 2019, le nombre de personnes actives progressera et s'élèvera à plus de 45 millions de personnes, tandis que le chômage diminuera pour tomber à un niveau plancher record. Les hausses de salaires et les baisses d'impôts font en sorte que les revenus augmentent sensiblement. L'économie nationale continuera ainsi d'appuyer le développement économique. Les tendances protectionnistes grandissantes et les conflits commerciaux internationaux conduisent à des incertitudes concernant les évolutions à venir. Ils nuisent à tous les acteurs. C'est pourquoi nous avons un grand intérêt à ce que la déclaration commune du président de la Commission européenne M. Juncker et du président américain M. Trump soit rapidement mise en oeuvre de manière à résoudre le conflit commercial entre les États-Unis et l'UE. Nous devons supprimer et non augmenter les douanes et les obstacles au commerce, ce dont les deux parties profitent. »

  • Selon les estimations des organisations internationales également, l'économie mondiale devrait légèrement perdre de son élan dans la période des prévisions. On table sur une augmentation relativement modérée des exportations de biens et de services venant d'Allemagne.
  • Les importations progresseront également grâce à la forte demande intérieure. Sur le plan purement arithmétique, la progression du commerce extérieur sera donc légèrement négative ces deux années.
  • L'excédent de la balance des opérations courantes est en diminution constante et s'élèvera d'ici 2019 à 7,1 %.
  • Compte tenu de l'exploitation satisfaisante des capacités, les entreprises allemandes continuent d'investir dans des machines et des installations.
  • Face au faible niveau du taux d'intérêts et à la forte demande, les investissements dans le secteur de la construction resteront élevés. Les investissements publics de construction augmenteront aussi sensiblement cette année et l'année prochaine. Le secteur touche cependant de plus en plus ses limites de capacité.
  • D'ici 2019, l'emploi passera à 45,3 millions de personnes en moyenne annuelle. Compte tenu de la forte demande de travail, on s'attend à ce que le recul du chômage se poursuive. Le taux de chômage diminue à un niveau record depuis la réunification qui s'élève à 5%. Dans le même temps, les revenus progresseront sensiblement. Par conséquent, la demande des consommateurs connaîtra une évolution dynamique.
  • Suite aux capacités légèrement surexploitées, le taux d'inflation augmente. Les prix à la consommation progresseront de 1,9 % au cours de cette année et de 2,0 % en 2019.

À travers ses prévisions d'automne, le gouvernement fédéral corrige à la baisse ses prévisions pour l'année en cours et l'année prochaine. L'une des raisons essentielles est l’environnement plus défavorable au commerce extérieur. Par ailleurs, la nouvelle procédure mondiale d’essai intitulée procédure d’essai mondiale harmonisée pour les voitures particulières et les véhicules utilitaires légers (WLTP) entraîne des retards temporaires dans la procédure d'homologation, ce qui a des effets négatifs sur la production et les exportations. Enfin, la révision de la comptabilité nationale implique une base de départ moins favorable pour l'année en cours.

Les prévisions d’automne du gouvernement fédéral ont fait l’objet de discussions exhaustives le 11 octobre 2018 au sein du groupe de travail interministériel sur les « prévisions macro-économiques » coordonné par le ministère fédéral de l’Économie et de l'Énergie. L'Office fédéral de la Statistique et la Deutsche Bundesbank y ont pris part.

Les paramètres macro-économiques fondamentaux des prévisions d’automne constituent la base de l’estimation fiscale du 23 au 25 octobre 2018 à Hambourg. Ils servent de cadre d'orientation commun pour l'établissement des budgets publics de la Fédération, des Länder, des communes et des assurances sociales.