Angel Gurría, secrétaire général de l'OCDE (à gauche), remet le rapport économique de l'OCDE à Thomas Bareiß, secrétaire d'État parlementaire (à droite).

Angel Gurría, secrétaire général de l'OCDE (à gauche), remet le rapport économique de l'OCDE à Thomas Bareiß, secrétaire d'État parlementaire (à droite).

© BMWi/Susanne Eriksson

Angel Gurría, secrétaire général de l'OCDE, a présenté le 12 juin 2018 à Berlin la nouvelle édition du rapport économique de l'OCDE sur l'économie allemande et l'a remise à Thomas Bareiß, secrétaire d'État parlementaire auprès du ministre fédéral de l'Économie. Cette année, le rapport met notamment l'accent sur le développement de la productivité et l'avenir de l'emploi ainsi que sur le renforcement des capacités et de leur exploitation.

Peter Altmaier, ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie, a déclaré à ce propos : « Le nouvel rapport de l'OCDE entérine le travail accompli par le gouvernement fédéral. La situation économique en Allemagne est bonne. Selon l'OCDE, les défis à relever à moyen terme concernent le développement de la productivité, la gestion de la transition numérique et le changement démographique. Dans ce contexte, elle propose que les investissements dans la formation et les infrastructures soient renforcés, que la création d'entreprises soit davantage encouragée et que des mesures supplémentaires soient prises afin d'améliorer la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Toute une série de recommandations de l'OCDE ont été reprises dans le contrat de coalition. Pour nous, le rapport de l'OCDE constitue une consécration de notre politique. »

Dans son rapport, l'OCDE dresse un bilan caractérisé par une croissance solide portée par la demande intérieure, l'augmentation des revenus réels et les exportations. Elle recommande de prendre des mesures supplémentaires visant à renforcer le potentiel productif et l'esprit d'entreprise ainsi qu'à encourager les investissements dans les infrastructures et la formation afin de pérenniser cette évolution positive. Parmi les projets du gouvernement fédéral qui se basent sur les recommandations de l'OCDE, on peut citer par exemple l'offensive prévue en faveur de la formation, la recherche et la numérisation. Celle-ci doit comprendre, entre autres, le développement des offres scolaires et de garde à plein temps, des investissements dans une infrastructure numérique performante et le développement de stratégies de formation continue en tant que réponse au changement numérique dans le monde du travail. L'OCDE se félicite du concept allemand de la formation en alternance parce qu'elle permet d'intégrer des jeunes de manière sûre dans le marché du travail. Il convient de procéder à des adaptations adéquates dans la formation initiale et continue pour veiller à ce que les employés puissent s'adapter aisément aux changements des exigences causés par le progrès technique.

Vous pouvez consulter le rapport en cliquant ici (en anglais et en allemand).