Réseau électrique agrandir l‘image

© iStock.com/trotsche

Dans le cadre d’un processus multipartite initié par le BMWi, l’Agence allemande de l’ énergie (dena), le Bureau de gestion énergétique et de planification technique (BET) , des associations et des entreprises présentent un catalogue commun de mesures / Cinq tronçons du réseau doivent être renforcés à court terme par des mesures de construction / D’autres améliorations sont prévues au niveau de la surveillance du réseau, des procédures de planification et des interventions dans l’exploitation des centrales électriques

Les coûts de gestion des goulets d’étranglement du réseau électrique peuvent être réduits de plus de 200 millions d’euros par an. Tel est le résultat d’un groupe de travail intersectoriel dirigé par l’Agence allemande de l’énergie (dena) et le Bureau de gestion énergétique et de planification technique (BET) à l’initiative du ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie (BMWi). Dernièrement, le coût pour éviter les goulets d’étranglement du réseau électrique allemand et assurer la stabilité du système se chiffrait à près d’un milliard d’euros par an.

Outre le développement du réseau, le groupe de travail a mis au point sept mesures permettant de réduire les coûts économiques et d’accroître l’utilisation des réseaux électriques à court terme. Il s’agit, par exemple, de la surveillance optimisée du réseau et du renforcement structurel de cinq tronçons du réseau de transport, principalement au moyen de lignes supplémentaires et par le transfert de lignes. Il est également recommandé de développer les bases d’une meilleure coopération entre les différents gestionnaires de réseau dans le cadre du « rappel » (redispatching ), c’est-à-dire l’intervention dans l’exploitation des centrales électriques pour réduire la charge du réseau. Les installations d’énergie renouvelable doivent être soigneusement prises en compte dans les mesures de rappel. Ces mesures doivent être mises en œuvre d’ici à 2023.

Des mesures ont été élaborées dans le cadre d’un large dialogue
Le secrétaire d’État au ministère fédéral de l’Économie, M. Rainer Baake, a déclaré : « Le paquet de mesures que les parties concernées souhaitent maintenant mettre en œuvre constitue, outre le développement du réseau qui s’impose d’urgence, une autre contribution importante à l’adaptation des réseaux électriques à l’avenir. Les mesures concrètes et substantielles montrent qu’il existe encore un potentiel d’optimisation des réseaux existants. Il est très important de se concentrer désormais sur la numérisation des réseaux électriques afin d’obtenir une meilleure utilisation du réseau. Dans ce cadre ont été définies de premières étapes intermédiaires que les politiciens et les milieux économiques doivent continuer de développer ensemble. Le dialogue intensif entre les gestionnaires de réseau de transport et de distribution a fait ses preuves dans la recherche de solutions communes pour l’utilisation efficace et le développement de l’infrastructure du réseau. »

Le président de la direction de l’Agence allemande de l’énergie (dena), M. Andreas Kuhlmann, souligne: « Grâce à un dialogue ouvert avec toutes les parties concernées, nous avons identifié des mesures susceptibles de réduire rapidement et efficacement les coûts visant à éviter des goulets d’étranglement du réseau. Nous sommes parvenus à nous mettre d’accord sur des mesures très réalisables, surtout grâce à la coopération intensive avec les gestionnaires de réseaux de transport et de distribution. En même temps, n’oublions pas les réseaux électriques : une meilleure utilisation des réseaux existants ne saurait remplacer le développement du réseau. Pour éviter les goulets d’étranglement du réseau et donc un rappel, les deux sont nécessaires : la modernisation des réseaux existants et le développement du réseau. »

Le directeur du Bureau de gestion énergétique et de planification technique (BET), M. Michael Ritzau, ajoute : « La transition énergétique et l’abandon du nucléaire nous confrontent à de nombreux projets d’expansion du réseau, y compris des arrêts partiels du réseau existant pour cause de travaux de construction. Pour réduire les augmentations probables des coûts liés au rappel, il s’impose d’urgence que le réseau existant puisse être plus sollicité. » En même temps, il souligne que le document présenté doit encore être approfondi en plusieurs points : „Le présent document expose d’excellents points de départ et des possibilités concrètes qu’il convient d’aborder, d’examiner et de conforter. »

Modernisation des lignes, optimisation des processus
Selon les gestionnaires de réseau de transport, la modernisation technique de cinq tronçons existants en Basse-Saxe, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie et dans le Bade-Wurtemberg devrait déjà permettre de réduire les coûts de gestion des goulets d’étranglement du réseau d’environ 180 millions d’euros par an. Cela correspond à environ 20 pour cent du coût total du rappel. L’optimisation de processus de rappel permet d’économiser des coûts supplémentaires.

Les mesures en question comprennent également l’amélioration des systèmes de surveillance, par exemple grâce à ce qu’on appelle la surveillance des lignes aériennes, qui permet une meilleure utilisation des lignes. À l’avenir, l’Agence fédérale des réseaux surveillera en outre régulièrement et systématiquement les progrès accomplis dans la mise en œuvre des technologies en vue d’une meilleure utilisation du réseau. Enfin, il est recommandé de poursuivre le développement des processus de planification du réseau et des procédures d’approbation.

Le groupe de travail réunissait des gestionnaires de réseau de distribution et de transport, l’Agence fédérale allemande des réseaux, des associations, des fabricants de technologies et d’autres experts. À l’initiative du BMWi, le dialogue a été mené par l’Agence allemande de l’énergie (dena), le Bureau de gestion énergétique et de planification technique (BET). L’objectif était de développer des mesures pouvant être mises en œuvre à court terme pour permettre une meilleure utilisation des réseaux existants et d’ainsi réduire le coût de la transformation du système énergétique. Les résultats peuvent être consultés ici (en allemand) dans le document intitulé « Meilleure utilisation du réseau existant ».