GAIA-X se distingue par les éléments clés suivants :

  1. Notre objectif est de développer la prochaine génération d’une infrastructure de données pour l’Europe, ses États, ses entreprises et ses citoyens.
  2. Cette infrastructure doit répondre aux attentes élevées en matière de souveraineté numérique et promouvoir les innovations. À nos yeux, cette infrastructure est donc le berceau d’un écosystème dans lequel les données et les services peuvent être mis à disposition, regroupés et partagés dans un cadre de confiance.
  3. Le concept présente le besoin urgent et la valeur ajoutée pour l'utilisateur comme l'illustrent les exemples d'utilisation.
  4. Le concept présenté doit être considéré comme une proposition pour l'Europe. Nous empruntons cette voie avec des partenaires européens, plus particulièrement avec la France, et avec la Commission européenne.
  5. Notre objectif ambitieux est de donner une forme fixe à cette idée d'ici 2020 et d'avoir d'ici la fin de l'année les premiers cas d'utilisation.

Nous avons besoin du projet pour trois raisons essentielles :

  1. La souveraineté des données : L'offre en matière d'informatique en nuage est dominée par des fournisseurs extra-européens, avec des infrastructures qui s'adaptent rapidement, un pouvoir de marché fort et des grandes réserves de capital. Parallèlement, nous observons des tensions internationales croissantes et des conflits commerciaux. L'Europe doit se protéger face à des dépendances toujours plus grandes et doit pouvoir agir tout en préservant la souveraineté numérique sur le long terme.
  2. La disponibilité des données : Nous avons besoin d'une infrastructure de données dans laquelle nous pouvons échanger et traiter nos données en confiance et en toute sécurité, de manière transparente. C'est la seule façon d'utiliser les avantages croissants des grandes bases de données en Europe.
  3. Innovation : Nous avons besoin d'un écosystème numérique qui créé des produits innovants et qui permet aux entreprises et aux modèles commerciaux européens de devenir plus performants tout en restant compétitifs à l'échelle internationale. GAIA-X fournit le fondement de ce projet.

L'infrastructure de données connectées est :

  1. Décentrale : Le « projet GAIA-X » prévoit la mise en réseau d’infrastructures centralisées et décentralisées pour former un système homogène.
  2. Sûre, fiable et souveraine : L'objectif est la création d'un système composite modulaire, sûr, fiable et convivial de fournisseurs de services en nuage et de leurs offres, qui garantisse une gestion souveraine des données et applications.
  3. Transparente : Les petites et moyennes entreprises sont notamment celles qui profitent le plus de la transparence du marché, d'un large accès à des offres personnalisées et aux options d’actions qui en résultent.
  4. Ouverte : L'infrastructure de données se base sur une approche Open Source.
  5. La base d'un écosystème : L'écosystème créé sur la base de cette infrastructure renforce la souveraineté numérique de ceux qui demandent des services en nuage ainsi que la capacité d'évolution et la compétitivité des fournisseurs de services en nuage européens. Il soutient l'innovation et offre un accès simplifié aux nouvelles technologies numériques.

La mise en place de GAIA-X ne doit pas créer un produit concurrent aux offres déjà existantes (p. ex. les hyperscalers). GAIA-X doit au contraire mettre en réseau divers éléments grâce à des interfaces ouvertes et des standards afin de combiner les données et de créer une plateforme d'innovation. Ce projet est ouvert à tous les acteurs intéressés, que ce soit des grandes entreprises industrielles, des PME ou des start-ups. Les utilisateurs, en tant que plus grand facteur de réussite dans l'économie numérique, sont toujours au centre de ce projet.

Le projet présente un intérêt économique dans son ensemble pour les gouvernements allemand et français. GAIA-X fournit en effet l’infrastructure et le cadre nécessaires pour assurer la sécurité, maintenir la souveraineté des données et prendre les décisions qui permettront à long terme de rester innovants et compétitifs. Toutefois, le développement d’une telle infrastructure nécessite une coopération entre les fournisseurs et les utilisateurs. Les ministères concernés ont donc contribué à cette coopération inédite en assumant le rôle de médiateur dans le cadre du projet GAIA-X.

En outre, le rôle du gouvernement dans le monde numérique n'est pas uniquement celui d’un régulateur, mais peut être aussi celui d’un utilisateur. Les applications dans le secteur public doivent être particulièrement sûres, fiables et transparentes, tandis que celles du domaine scientifique nécessitent une infrastructure performante et une large disponibilité des données.

L'objectif est de mettre en place des structures fixes pour le projet. Pour cela, plusieurs entreprises ont présenté un plan de création sous forme d'une Association internationale sans but lucratif (en abrégé : AISBL) en vertu du droit belge. Cette organisation sera chargée du développement d'une solution technique et du cadre réglementaire. Après présentation de l’idée de concept lors du Digital-Gipfel en octobre 2019, la publication d’autres étapes du projet a eu lieu en mai 2020. Elles donnent un bon aperçu de l’évolution des travaux. Une transposition prototype sera effectuée d'ici fin 2020. Les partenaires européens intéressés sont invités à développer avec nous ce projet. Nous nous réjouissons que les gouvernements français et allemand ainsi que des entreprises des deux pays collaborent étroitement à ce projet. Par ailleurs, des représentants d’autres nations européennes collaborent activement à la conception. Les échanges s’intensifient avec d’autres États de l’UE et la Commission de l’UE.

GAIA-X est empreinte d’ouverture et de transparence et doit naître de la participation d’utilisateurs et fournisseurs. La collaboration active est ouverte à toutes les organisations mais est également souhaitée. Un certain engagement de même que le progrès du projet doivent ainsi être garantis. Plus de 300 organisations originaires de nombreux pays contribuent dès aujourd'hui à GAIA-X. Les entreprises et les organisations qui souhaiteraient participer au projet peuvent aussi s’adresser à l’adresse E-mail suivante de mise en relation : contact@data-infrastructure.eu.

A la suite du « Manifeste franco-allemand pour une politique industrielle européenne adaptée au XXIe siècle » de février 2019, il a été décidé que le projet GAIA-X, alors initié par le gouvernement allemand, devait être désormais développé en coopération avec la France. Lors de l’élaboration du projet, des partenaires supplémentaires du côté des fournisseurs et des utilisateurs ont été intégrés continuellement au processus, afin d'enrichir et de développer le projet à travers leur expertise professionnelle.

Aujourd’hui, des représentants de plus de 300 organisations situées dans différents pays travaillent en étroite collaboration sur cette initiative européenne. Le projet est ouvert à d'autres partenaires, en particulier européens.

Plus de 300 organisations originaires de nombreux pays contribuent dès aujourd'hui à GAIA-X. Parmi ces entreprises, de grandes entreprises technologiques ainsi que des petites et moyennes entreprises développent une proposition technologique du point de vue des fournisseurs. La demande mue par les utilisateurs est décisive pour le succès du projet. Des entreprises et organisation émanant de différents domaines participent par conséquent au projet. Des associations telles que BDI, Bitkom, eco, VOICE, VDMA, Cigref et MEDEF et des initiatives existantes telles que l’International Data Spaces Association et Trusted Cloud sont étroitement impliquées.

GAIA-X est planifiée comme une infrastructure de données interconnectée et flexible. Les fournisseurs de cloud qui ne participent pas encore ont donc à tout instant la possibilité de participer, dans la mesure où ils partagent de façon tangible les valeurs et les objectifs de GAIA-X - souveraineté et disponibilité des données – et satisfont les conditions de participation unitaires. L’équilibre des intérêts doit d’une part être garanti par l’organisation de l’entité en tant qu’instance neutre. Les objectifs correspondants de protection de la neutralité, d’ouverture, de transparence et de souveraineté des données sont par ailleurs formulés dans les lignes directrices, principes et standards de GAIA-X.

Le projet doit être considéré comme une proposition pour l'Europe. Le système est conçu de façon ouverte et n’est pas restreint aux frontières des pays. Nous voulons emprunter cette voie avec des partenaires européens et assurons un échange avec d’autres pays, la commission de l’UE et des entreprises et organisations internationales. Des représentants de France et autres nations européennes participent déjà aux concepts centraux. D’autres États membres, entreprises et organisations européens intéressés peuvent prendre contact avec les responsables par l’adresse E-mail de mise en relation contact@data-infrastructure.eu.

La participation de l’économie est une condition primordiale pour la transposition couronnée de succès du projet GAIA-X. Une participation financière collective par l’économie et l’État, qui s’oriente sur l’avantage spécifique par GAIA-X, doit garantir un financement suffisant. Une subvention du côté allemand pourrait p. ex. être octroyée jusqu’au 20 avril 2020 par le biais du concours de l’innovation « Intelligence artificielle en guise de moteur des écosystèmes économiquement pertinents » (concours d’innovation IA) du Ministère fédéral de l’économie et de l’énergie. Depuis le 12 mai 2020, un troisième appel à subvention a lieu dans le concours de l'innovation IA sur le thème Intelligence artificielle et technologies de données interconnectées pour crises infectieuses et autres crises menaçant l'économie. Les soumissions sont acceptées jusqu'au 21 septembre 2020. Dans le cadre du concours de l’innovation IA, le Ministère fédéral de l’économie et de l’énergie promeut d’excellentes approches pour de nouvelles formes d’économie de plateforme basée sur l’IA dans des secteurs cruciaux de l’économie allemande. La date limite pour « Une utilisation intelligente et souveraine des données pour la production », une coopération germano-autrichienne, est fixée au 20 août 2020. L’appel à subvention « KMI4KMU » du Ministère BMBF a actuellement lieu au DLR. L’objectif est de réaliser de grands projets phares ayant un fort potentiel d’application et qui donnent l’impulsion à de tout nouveaux jalons en économie.

Le gouvernement français soutient des projets nationaux de partage de données à travers sa stratégie nationale pour l’intelligence artificielle. Les appels à projets « Mutualisation des données » et « Challenges IA » qui reposent sur un budget de 30 M€, ont le potentiel de soutenir notamment les projets mis en œuvre dans GAIA-X.

Plus de 40 exemples d’utilisation (les Use Cases) émanant de différents domaines ont été soumis et présentés. La composition a des caractères exemplaires et couvre actuellement les domaines « Industrie 4.0 / PME », « Santé », « Finances », « Secteur public », « Smart living », « Énergie », « Mobilité » et « Agriculture ». Les exemples d’utilisation doivent démontrer les potentiels de l’infrastructure de données à l’aide d’échantillons d’utilisation pouvant s’avérer fondamentalement pertinents, également dans d’autres secteurs. Tous les utilisateurs intéressés sont par ailleurs invités à collaborer et à soumettre de nouveau Use Cases. Des experts en la matière et des Use Cases émanant d’autres domaines sont naturellement bienvenus. Veuillez pour cela vous adresser par E-mail à : contact@data-infrastructure.eu

L'objectif est de réaliser GAIA-X par une activation large et durable côté utilisateurs et côté fournisseurs. Ceci a lieu d'une part en apportant une expertise technique et d'autre part par l'identification continue et l'intégration d'exemples d'utilisation spécifiques au domaine (les Use Cases), qui illustrent le besoin et la valeur ajoutée d’une infrastructure de données européenne souveraine. Par ailleurs, des représentants et experts côté utilisateurs et côté fournisseurs participent à GAIA-X en groupes de travail afin d'apporter leurs connaissances et de définir et placer leurs exigences. Les deux constituent la base de GAIA-X et s'intègrent dans le développement concret de l'infrastructure de données.

Toutes les personnes intéressées qui veulent apportent leurs exigences techniques et/ou spécifiques à un domaine sont invitées à collaborer à GAIA-X : aussi bien en contribuant par leur expertise technique, en soumettant de nouveaux Use Cases qu’en collaborant de façon active et continue au sein d’un groupe de travail. Vous pouvez manifester votre intérêt par E-mail contact@data-infrastructure.eu.

Le concept prévoit le recours à des technologies sûres et ouvertes, mises à disposition par l'infrastructure de données interconnectée et permettant des interfaces pour un échange de données aisé et sûr, des possibilités d’utilisation d’applications et fonctions de tiers ainsi que le respect des standards et une migration plus facile des données. À cet effet, les technologies existantes sont utilisées ou les technologies ou services manquants sont développés et rendus accessibles dans l’écosystème par les participants, également sur la base de technologies open source. Des documents fondamentaux sur l'approche de solution technique ont été publié début juin.

Vous trouverez des documents importants et des réponses à vos questions sur le site Internet de GAIA-X. En mai 2020 ont eu lieu d'autres publications qui permettent aux personnes intéressées d'avoir un aperçu des travaux et des détails techniques. L'aperçu des publications donne une vue d'ensemble sur les groupes cibles et contenus des différents documents. Vous trouverez par ailleurs des réponses dans cette liste FAQ Si vous avez d'autres questions, adressez-vous à l'adresse E-mail suivante de mise en relation : contact@data-infrastructure.eu.

Pour générer de la valeur ajoutée quant à une infrastructure de données interconnectée, un échange spécifique intradomaine et interdomaine d’une part et une liaison de données ainsi que des services dépassant les limites des fournisseurs et clients d'autre part doivent être permis.

C'est notamment la collaboration entre les instances de périphérie et de nuage qui doit à l'avenir être simplifiée. Les obstacles diminuent ainsi également pour les PME. Des standards communs aident à briser les silos de données spécifiques aux domaines qui ne peuvent être ni liés ni évalués en raison d'interfaces de données médiocres. Les PME sont notamment celles qui profitent le plus de la transparence du marché, d'un large accès à des offres alternatives et aux options d’actions qui en résultent.

Une couche GAIA-X commune qui incarne les exigences fondamentales et trans-domaines envers une infrastructure de données européennes a été élaborée sur la base des Use Cases soumis et des domaines participants. Cette couche GAIA-X définie est portée collectivement par tous les domaines. En allant au-delà des exigences trans-domaines, des exigences supplémentaires spécifiques aux domaines peuvent néanmoins être identifiées et nécessaires, en fonction des domaines d’application et du Use Case. Les premières descriptions de la couche GAIA-X fondamentale commune et une présentation exemplaire des exigences supplémentaires trans-domaines ont été présentées à la mi-mai.

Une implémentation utilisable collectivement d'un écosystème numérique est souhaitable pour la mise à l'échelle d'offres de valeur ajoutée et une application aisée de la création de valeur fondée sur des services et mécanismes de base numériques. Elle augmente la continuité des services de base au-delà du Use Case individuel, sous forme d’un cadre de base commun à tous les domaines d’utilisation et simplifie ainsi l’implémentabilité pour les utilisateurs. Un tel écosystème utilisé collectivement peut ainsi être le moteur de sa propre diffusion et devenir un « facilitateur » de services numériques de valeur ajoutée dans divers domaines d'occupation.

GAIA-X est une infrastructure de données interconnectée. Chaque nœud de l'infrastructure interconnectée constitue une unité autonome et est clairement identifiable et classifiable à l'aide d'une auto-description gérée de façon décentralisée. Un dépôt met à disposition des composants qui doivent ou peuvent être utilisés par tous les fournisseurs selon la catégorisation. Les composants peuvent être fournis de façon interopérable au-delà de plusieurs nœuds. Les interfaces, services et produits nécessaires à cet effet doivent pouvoir être harmonisés par des standards et être identifiables et utilisés aisément par tous les participants dans un répertoire central.

La tâche de l'entité GAIA-X consistera à pérenniser et simplifier le travail et la collaboration au sein de la communauté GAIA-X, à élaborer les concepts nécessaires, les directives, les cadres réglementaires, le logiciel open source, les spécifications de plateforme et d'outil, les documentations, les définitions d’architecture, etc. ainsi qu’à garantir que les infrastructures et prestations centralisées nécessaires sont mises à disposition (notamment le répertoire de services/données/fournisseurs).

Pour cela, cette organisation ne doit proposer des infrastructures et services que dans l'étendue nécessaire au fonctionnement du réseau (fédération des écosystèmes / de la communauté) et non comme cela peut être proposé au-delà du cercle des entreprises elles-mêmes, connectées au réseau.

L’entité GAIA-X doit également fonctionner comme messagère primordiale pour GAIA-X qui, en tant que représentante de ses membres, fait avancer la collaboration internationale dans les secteurs souveraineté numérique, cloud, informatique haute performance, informatique en périphérie, cybersécurité et standardisation. L’organisation travaille pour cela étroitement avec des initiatives de standardisation existantes et d’autres organisations apparentées afin de garantir des effets de synergie avec des connaissances existantes et des investissements antérieurs.