Article - Promotion du commerce extérieur

Réseau Afrique Entreprises

Introduction

l’Afrique

© Emad Aljumah/Getty Images

L’Afrique est un continent qui présente de nombreux défis, mais aussi et surtout de belles perspectives. Les économies africaines ont enregistré en 2018 une croissance moyenne de 3,5 p. cent. Le commerce et l’investissement sont les facteurs clés d’un développement économique pérenne et de l’emploi sur le Continent.

Le ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie (BMWi) poursuit une stratégie d’accompagnement au long cours des entreprises sur les marchés étrangers les plus divers. Cette expertise dans le domaine des échanges extérieurs trouve désormais une application spécifique dans la création de nouvelles perspectives pour le développement économique et social de l’Afrique. Les avantages obtenus sont réciproques, au bénéfice des partenaires africains comme des entreprises allemandes. De cette manière, le BMWi contribue à assurer l’emploi en Afrique, tout en participant à son développement dans le cadre de l’économie de marché, et à sa prospérité.

Le gouvernement fédéral soutient les PME allemandes sur le chemin de l'Afrique

Le Réseau Afrique Entreprises du ministère de l’Économie et de l’Énergie réunit un ensemble compact de services de conseil et d’assistance plus spécialement destinés aux PME allemandes désireuses de travailler en Afrique. Ce réseau comprend les acteurs et les programmes traditionnels du développement des échanges extérieurs allemand, tels que les chambres de commerce à l’étranger, la société Germany Trade & Invest, le Programme pour la prospection de nouveaux marchés et les Initiatives pour l’exportation du BMWi, ainsi que les groupements, associations et organismes spécialisés dans l’Afrique.

La création du Réseau Afrique par le BMWi s’inscrit dans la mise en œuvre du Fonds d’investissement pour le développement de l’Afrique annoncé le 30 octobre 2018 par la chancelière Angela Merkel, dont il constitue le troisième pilier. Le premier est représenté par AfricaConnect (en allemand), un fonds de financement des investissements allemands en Afrique géré par la Société allemande pour l’investissement et le développement (Deutsche Investitions- und Entwicklungsgesellschaft, DEG). Le second pilier est constitué par le fonds AfricaGrow (en allemand) du Crédit à la reconstruction (KfW), qui apporte son soutien aux entreprises africaines.

À travers le Réseau Afrique Entreprises, le ministère allemand de l’Économie resserre les liens entre les acteurs du développement des échanges extérieurs, afin de proposer, à partir du second semestre 2019, un dispositif d’aide et d’assistance sur mesure aux entreprises désireuses de prendre pied sur les marchés en croissance du continent. Le Réseau identifie et évalue les perspectives concrètes des entreprises allemandes en Afrique. L’évaluation porte sur des facteurs tels que l’évolution générale du marché, l’environnement politique et juridique ainsi que la situation locale sur le plan de la concurrence. En fonction des résultats, le Réseau informe les entreprises des perspectives qui s’offrent à elles. Les entreprises peuvent également adresser spontanément au BMWi pour lui soumettre leurs projets, qui seront évalués en toute objectivité.

Le Réseau propose une consultation initiale portant sur les dispositifs d’expansion économique et de coopération pour le développement. Si besoin est, il oriente les entreprises vers d’autres services pour des informations plus détaillées, par exemple dans les domaines du financement de projets, du scénario de rentabilité, de la douane et des questions juridiques. Ce dispositif inclut aussi des voyages de prospection de marchés ou de mise en relations d’affaires en Afrique, avec prise de contacts sur place. Le BMWi fournit aux entreprises un interlocuteur issu du bureau du Réseau Afrique, qui les suit durant toute la phase de conseil. Ces « Partenaires Afrique » accompagnent les entreprises de l’idée initiale à la mise en œuvre du projet et au-delà.

Le Réseau Afrique Entreprises concentre ses efforts sur les pays, actuellement au nombre de douze, du Pacte pour l’Afrique (Compact-with-Africa, CwA) (en anglais), à savoir : Bénin, Burkina Faso, Côte-d’Ivoire, Égypte, Éthiopie, Ghana, Guinée, Maroc, Rwanda, Sénégal, Togo et Tunisie. Pour ses débuts, le Réseau va lancer à l’été 2019 trois projets pilotes, en Éthiopie (chaîne de valeur textile, habillement et maroquinerie), au Ghana (matériel et logistique de la transformation des produits alimentaires) et au Maroc (santé). Une recherche et une évaluation des perspectives économiques seront conduites dans les trois régions concernées. Les entreprises entrant en ligne de compte seront contactées par le Réseau, qui leur fournira des informations sur les marchés et secteurs cibles ainsi que sur les possibilités d’investissement. La palette de services inclut des voyages de mise en relation d’affaires accompagnés dans chacun des trois pays.

Les entreprises ayant des suggestions à faire ou qui souhaiteraient s’informer sur le Réseau Afrique Entreprises ou sur les modalités de participation à l’un des projets pilotes peuvent s’adresser à la Mission (Task Force) « Wirtschaftsnetzwerk Afrika ».

Contact:
Geschäftsstelle Wirtschaftsnetzwerk Afrika
Potsdamer Straße 199
10783 Berlin
Telefon: 030 - 540 879 311
beratung@wirtschaftsnetzwerk-afrika.de

Les acteurs du Réseau bénéficient de dispositifs plus ambitieux dans le domaine du conseil à la réalisation de projets ainsi que d’une gamme élargie de services et de prestations d’assistance.

Chambres de commerce allemandes à l’étranger

Le réseau africain des chambres de commerce allemandes à l’étranger (en allemand) est en développement. Deux nouvelles structures sont prévues en Éthiopie et en Côte-d’Ivoire avant la fin de 2019. Des centres de compétences sectoriels transfrontaliers ainsi que des délégués régionaux pour certains pays ne disposant pas de chambre de commerce allemande à l’étranger viennent compléter le dispositif de conseil.

Germany Trade & Invest

Établissement relevant de l’État fédéral, la société d’expansion économique Germany Trade & Invest (en allemand) (GTAI) accroît sa présence en Afrique avec deux nouvelles implantations au Maroc et en Côte-d’Ivoire, ainsi que trois nouveaux correspondants itinérants. Mandaté par le ministère de l’Économie, GTAI a mis en place le service en ligne Africa Business Guide (en allemand), premier interlocuteur numérique pour les questions économiques et les informations sur l’Afrique, et qui vient renforcer son expertise dans le domaine du conseil aux professionnels allemands.

Programme pour la prospection de nouveaux marchés

Le Programme du BMWi pour la prospection de nouveaux marchés marque lui aussi la volonté du Ministère de braquer les projecteurs sur l’Afrique. Le nombre total de projets africains s’élève à trente, soit le double de l’année dernière.

Programme de salons à l’étranger

Le programme de salons à l’étranger (en allemand) soutenu par l’État fédéral se développe aussi en Afrique. Des fonds supplémentaires en provenance de l’Initiative africaine ont permis de faire entrer 34 manifestations dans le Programme 2019, qui vise à encourager la participation à des salons à l’étranger (contre 14 en 2018). 16 pays africains bénéficient ainsi de cette promotion de leurs salons par le BMWi.

Partenariats entre administrations

Les partenariats avec les administrations des pays africains comptent parmi les principaux dispositifs d’aide mis en place par le ministère fédéral de l’Économie. Leur but est d’instaurer une coopération entre des agents de l'administration allemande et ceux de services africains proches des entreprises, selon le modèle des instruments européens de jumelage et d’échanges d’informations sur l’assistance technique TAIEX.

Un premier projet sera engagé prochainement avec l’Algérie. Le partenaire est l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques, chargée du développement de l’économie numérique. D’autres partenariats avec des organismes publics de services aux entreprises seront mis en place prochainement en Afrique du Nord.

Programme de formation des dirigeants et cadres supérieurs

Sous le mot d’ordre « Fit for Partnership with Germany », le Programme du BMWi pour la formation des dirigeants et cadres supérieurs vise à préparer les responsables d’entreprises étrangers à la gestion des relations d’affaires et à la coopération économique avec les sociétés allemandes. La formation permet à des dirigeants et cadres supérieurs issus de 19 pays partenaires d’accéder au savoir-faire allemand en matière de management et de se frotter aux entreprises, organisations professionnelles, réseaux et pôles de compétitivité allemands. Pour 2019, le programme met l’accent sur l’élargissement du cercle des pays africains bénéficiaires. L’Éthiopie, le Maroc et l’Afrique du Sud devraient ainsi rejoindre prochainement l'Égypte et la Tunisie.

« Skills Experts » : recruter du personnel qualifié à l’étranger

Les entreprises ont besoin d’un personnel bien formé, pas seulement en Allemagne, mais aussi dans leurs implantations à l’étranger. C’est pourquoi le BMWi propose aux petites et moyennes entreprises notamment le programme « Skills Experts » destiné à soutenir leurs stratégies de formation. Ce programme a été étendu officiellement à l’Afrique en mars dernier.

« Skills Experts » a pour but de mettre les entreprises allemandes et leurs partenaires locaux au Ghana (en anglais), au Kenya (en anglais), au Nigéria et en Afrique du Sud en capacité de former eux-mêmes, sur place, selon leurs exigences et les principes de la formation en alternance, le personnel de niveau de qualification intermédiaire dont ils ont besoin. Des spécialistes appelés « Skills Experts », rattachés aux divers organismes d’expansion économique, offrent des prestations de qualité certifiée dans les domaines du conseil, de l’organisation et de l’assurance-qualité, sur la base d’un catalogue standardisé de services en formation professionnelle élaboré par les chambres allemandes de commerce à l’étranger. La mission économique allemande au Kenya a déjà lancé avec succès un premier cursus de formation professionnelle en alternance destiné aux cuisiniers et au personnel hôtelier.

Initiative pour l’exportation de l’énergie

À travers son Initiative pour l’exportation de l’énergie (EIE), le ministère fédéral de l’Économie aide les fournisseurs allemands de solutions énergétiques à faible empreinte climatique à s’implanter sur les marchés étrangers. Ce dispositif destiné en premier lieu aux PME porte sur toutes les phases de l’exploitation des marchés, des premières explorations à l’implantation.

L’EIE est un dispositif à rayon d’action mondial. Outre des informations complètes sur les marchés, et notamment sur le financement, il met l’accent sur la prise de contacts, la mise en route des relations d’affaires, la concrétisation et la présentation de projets de référence, ainsi que sur la participation aux salons professionnels à l’étranger. Le Programme de développement de projets revêt une importance particulière pour l’Afrique, en offrant aux entreprises désireuses de s’implanter sur des marchés difficiles à pénétrer un soutien en amont et un accompagnement durant la phase d’entrée. Les services proposés comprennent des informations sur le contexte politique, la création de capacités et le transfert de savoir-faire. Le Programme s’occupe également d’identifier, d’évaluer et de sélectionner les perspectives concrètes de réalisation de projets, avant de les présenter à des entreprises allemandes invitées à les mettre en œuvre avec un partenaire local. En 2019, l’EIE mène 45 projets dans 25 pays africains.

Initiative Export Santé

L’Initiative Export Santé aide les entreprises allemandes de ce secteur à s’implanter sur les marchés étrangers. Elle réunit et produit des informations sur les marchés à l’exportation à l’intention du secteur allemand de la santé. Elle conduit, partout dans le monde, des opérations de marketing au profit des produits et des services de santé allemands. Elle propose aussi des dispositifs d’interconnexion qui donnent aux entreprises une plus grande visibilité et améliorent leur accès aux partenaires étrangers potentiels. L’Initiative Santé cherche également à nouer le dialogue avec les décideurs des principaux marchés à l’exportation, afin d’agir positivement sur les conditions qui régissent les échanges commerciaux dans ces pays.

En ce qui concerne les marchés africains, une étude a été réalisée pour faire le point sur les principales évolutions et perspectives commerciales dans le domaine des équipements médicaux. Cinq pays y sont mis en exergue : l’Afrique du Sud, l’Égypte, le Nigéria, le Ghana et le Kenya. Outre des informations sur les marchés, le document met en regard certaines des principales données à connaître avant de se lancer, comme les conditions d’importation, d’agrément et de distribution. L’Initiative Export Santé travaille depuis 2017 en Afrique du Sud et propose des dispositifs d’assistance supplémentaires aux exposants présents sur le pavillon allemand d’Africa Health.

Assurance export et investissement

Le gouvernement allemand a par ailleurs amélioré les conditions accordées par l’État en matière d’assurance crédit-export et investissement. En ce qui concerne l’assurance crédit-export, les franchises en vigueur pour les marchés publics de la Côte-d’Ivoire, du Sénégal et du Bénin notamment ont été ramenées de 10 à 5 %. Cette mesure est susceptible d’être étendue à d’autres pays africains, sous réserve de progrès suffisants dans les réformes.

Cet assouplissement a eu, entre autres facteurs, des effets positifs dès 2018 sur le niveau d’encours africain. Le montant des assurances crédit pour les exportations de biens et de services s’est élevé à 1,8 milliard d’euros (contre 1,1 milliard en 2017), soit une augmentation des encours de 66,3 %. La part de l’encours total est ainsi passée de 6,3 % en 2017 à 9 % en 2018.

En ce qui concerne l’assurance-investissement, la franchise pourra, à l’avenir, être ramenée de 5 à 2,5 % pour des projets agréés dans les pays du Pacte pour l’Afrique (Compact-with-Africa, CwA). De même, les droits de demande exigés pour l’assurance-export et investissement seront supprimés pour certains contrats passés dans ces pays.

Pour plus d'informations