Courbe de croissance avec un stylo symbolise la situation économique ; source : iStockphoto.com/blackred

© iStockphoto.com/blackred

  • Selon les indicateurs de conjoncture actuels, l'expansion légèrement accélérée qu'avait connue l'économie allemande au premier trimestre
  • La tendance de la croissance dans le secteur secondaire reste à la hausse, même si la dynamique a fléchi en juin et en juillet. Le climat des affaires dans l’économie reste très optimiste.
  • Les prix à la consommation se sont normalisés grâce à la stabilité des prix énergétiques. La propension à l’achat des consommateurs s’est cependant maintenue à un niveau élevé.
  • Sur le marché du travail, les grandes tendances restent positives. Une demande vigoureuse assure une création d’emploi dynamique. La tendance du chômage et du sous-emploi est à la baisse. Cependant, les défis structurels du marché du travail doivent être relevés.

L’économie allemande connaît une solide reprise. Au premier semestre 2017, elle a sensiblement accéléré son rythme d’expansion. Dans le même temps, la performance macroéconomique s’est améliorée de 1,2 % par rapport à la période précédente, en données corrigées de l’influence des prix ainsi que des effets de calendrier et des variations saisonnières, après une croissance de 0,8 % au second semestre 2016. [1] La conjoncture a été soutenue par une forte reprise de l’économie nationale au premier semestre 2017. Au rythme des impulsions continues générées par les dépenses de consommation privées et publiques, les investissements dans le bâtiment (+4,4 %) et, surtout, pour la première fois, dans les équipements (+2,1 %) ont repris. Au premier semestre, la contribution du commerce extérieur à la croissance économique a été légèrement positive en termes nets. Le bon développement du marché du travail intérieur dans son ensemble continue de constituer la base du développement économique intérieur. Toutefois, le premier semestre a également été stimulé par la faiblesse des taux d’intérêt et la légère baisse des prix du pétrole. La croissance de l’économie allemande s’est poursuivie au second semestre. Mais la dynamique sera probablement un peu moins bonne. L’économie reste très optimiste. Toutefois, la croissance de l’emploi pourrait être quelque peu plus modérée, de même que l’expansion de la production dans l’industrie et la construction.

Sur l’année, l’économie mondiale continuera de prendre de l’élan. La production industrielle mondiale est en hausse depuis février 2017. La dynamique des pays émergents d’Asie est forte, mais la conjoncture des économies développées s’est également redressée. Les indicateurs de tendance mondiaux révèlent un optimisme croissant. Les attentes conjoncturelles pour la zone euro ont continué de s’améliorer. Aux États-Unis, la croissance est revenue à la normale après un premier trimestre faible. Au Japon, la croissance économique a été plus forte au deuxième trimestre. Parmi les pays émergents, la Chine enregistre de nouveau un développement économique plus stable. La Russie et le Brésil bénéficient de la hausse des prix des matières premières. Ces deux pays ont réussi à surmonter leurs phases de récession. Globalement, la croissance de l’économie mondiale sera donc plus élevée cette année que l’année précédente. Le FMI, comme d’autres organisations avant lui, attend en outre, dans ses perspectives de juillet, une croissance de 3,5 % de l’économie mondiale.

Les exportations allemandes continuent d’augmenter légèrement. Selon les statistiques de la balance des paiements de la Deutsche Bundesbank, les exportations de biens et de services ont légèrement augmenté en juillet 2017, de 0,2 % en prix courants par rapport au mois précédent. En comparaison significative sur trois mois, elles ont augmenté plus nettement de 1,3 %. Quant aux importations, elles ont augmenté de 2,1 % en juillet. En comparaison trimestrielle, leur progression a été à peu près aussi forte que celle des exportations, soit +1,2 %. L’excédent de la balance courante cumulé depuis le début de l’année reste sensiblement inférieur à celui de l’année précédente. La reprise économique mondiale et les indicateurs nationaux sur le commerce extérieur suggèrent que les exportations allemandes devraient progresser à un rythme modéré malgré un euro plus fort.

La dynamique de la conjoncture industrielle, vigoureuse au premier semestre, s’est quelque peu affaiblie durant les mois d’été. Après une baisse en juin, la production n’a augmenté que légèrement de 0,3 % en juillet. Reste à savoir si le développement dynamique du premier semestre se poursuivra en automne. Alors que les entrées de commandes de ces derniers mois se tassent, l’amélioration du climat des affaires ifo dans l’industrie manufacturière et la forte production automobile du mois d’août laissent entrevoir un bon troisième trimestre. La production dans le secteur de la construction a augmenté de 0,5 % en juillet, mais, dans l’ensemble, elle a connu une croissance plutôt faible depuis le printemps. Le secteur du bâtiment et des travaux publics reste optimiste malgré le fléchissement des entrées de commandes, qui ont reculé de 2,6 % au deuxième trimestre. La situation actuelle et les perspectives pour les mois à venir sont perçues très positivement par les entreprises de construction. L’utilisation des capacités de production est supérieure à la moyenne, ce qui se reflète désormais également dans l’évolution des prix de la construction.

La consommation des ménages reste un pilier important de la conjoncture. En dépit du recul de 1,2 % des ventes dans le commerce de détail en juillet, celles-ci sont restées à la hausse, en comparaison plus significative sur trois mois. Les chiffres d’affaires du commerce automobile ont également poursuivi leur développement dynamique en juin. Malgré des prix à la consommation en légère hausse, qui ont augmenté de 1,8 % en août par rapport à l’année précédente, le climat de la consommation s’est encore embelli et a atteint un nouveau sommet en août. Dans ce contexte, la consommation des ménages devrait poursuivre son développement. Toutefois, le moral moins serein dans le commerce de détail suggère que l’évolution pourrait se ralentir quelque peu après le deuxième trimestre exceptionnellement vigoureux.

Dans l’ensemble, le marché du travail a poursuivi son développement positif et les perspectives nourrissent également l’optimisme. Depuis février, l’emploi a augmenté continuellement, en données corrigées des variations saisonnières, de 40 000 à 50 000 personnes par mois, et de 42 000 personnes en juillet. En chiffres non corrigés, l’Allemagne comptait près de 44,4 millions d’actifs, soit 1,6 % de plus qu’il y a un an. En juin, l’emploi soumis aux cotisations de sécurité sociale a de nouveau augmenté (+53 000 personnes) légèrement plus que l’emploi en général. Presque tous les secteurs de l’économie recherchent du personnel. Le chômage a légèrement augmenté en août durant les vacances d’été. Selon les chiffres non corrigés, 2,54 millions de personnes étaient inscrites au chômage, soit 139 000 de moins qu’il y a un an. Le sous-emploi a été légèrement inférieur à celui de juillet. En données corrigées des effets saisonniers, le chômage et le sous-emploi ont de nouveau légèrement reculé en août par rapport au mois précédent. Ces évolutions positives ne doivent toutefois pas occulter les problèmes existants, car les disparités régionales en matière de chômage restent très importantes. En outre, la réduction du chômage de longue durée, qui touchait encore 895 000 personnes en août, et l’intégration des réfugiés posent encore des défis majeurs.

----------------------------

Remarque :
Un exposé et un commentaire détaillés de la situation et de l’évolution économiques seront publiés dans l’édition d’octobre du rapport mensuel « Schlaglichter der Wirtschaftspolitik ». Cette publication devrait être mise en ligne à partir du 25 septembre sur le site Internet du ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie.

----------------------------

[1] Le présent rapport se base sur des données disponibles au 11 septembre 2017. Sauf indications contraires, les chiffres indiqués représentent des taux de variation par rapport à la période précédente et sont établis sur la base de données corrigées de l’influence des prix ainsi que des effets calendaires et des variations saisonnières (méthode Census X-12-Arima).