Courbe de croissance avec un stylo symbolise la situation économique ; source : iStockphoto.com/blackred

© iStockphoto.com/blackred

  • Le rythme élevé de la croissance économique allemande a été presque maintenu au deuxième trimestre. Le marché intérieur a donné des impulsions importantes.
  • La tendance de la croissance dans le secteur secondaire reste nettement à la hausse, même si la production a quelque peu fléchi en juin. Le climat des affaires dans l'économie est excellent.
  • Les prix à la consommation se sont normalisés grâce à la stabilité des prix énergétiques. La propension d'achat des consommateurs reste cependant toujours aussi intacte.
  • La création d'emplois se poursuit. La tendance du chômage et du sous-emploi est à la baisse. Cependant, les défis structurels du marché du travail doivent être relevés.

L'expansion de l'économie allemande s'est poursuivie au deuxième trimestre 2017 presqu'au même rythme qu'auparavant. [1] La croissance a notamment été tirée par l'économie nationale. Ce sont notamment les dépenses de consommation privées et publiques qui ont augmenté. Les investissements en biens d'équipement et dans la construction ont également progressé. Le climat dans l'économie est excellent. En juillet, le baromètre ifo du moral des entrepreneurs a atteint un pic historique, soit le niveau le plus élevé depuis la réunification. L'indice des directeurs d'achat Markit est également très prometteur. Après avoir augmenté pendant cinq mois consécutifs, la production dans le secteur secondaire a certes légèrement fléchi mais sa tendance reste toujours nettement à la hausse. L'augmentation des entrées de commandes dans l'industrie laisse entrevoir une croissance de la production aussi au troisième trimestre 2017. En juin, l'emploi a continué à progresser fortement, mais à un rythme moins dynamique qu'au début de l'année. L'évolution positive de l'emploi et des revenus a stimulé le commerce de détail et la consommation des ménages dans son ensemble. Certes, les exportations allemandes bénéficient de l'essor léger du commerce mondial. Cependant, l'évolution économique a été légèrement freinée au deuxième trimestre par les échanges extérieurs étant donné la forte croissance des importations.

Au premier semestre 2017, l'économie mondiale a évolué de manière solide. Depuis octobre 2016, la production industrielle globale est à la hausse. Le dynamisme dans les pays émergents asiatiques est élevé, mais les économies développées ont également repris de la vitesse. Les indicateurs du climat des affaires font état d'un optimisme croissant. Les attentes conjoncturelles pour la zone euro ont continué de se redresser. Faible au premier trimestre, la croissance aux États-Unis s'est normalisée. Au Japon, la croissance économique a atteint un niveau étonnamment élevé au deuxième trimestre. Parmi les pays émergents, la Chine a retrouvé le chemin d'une croissance plus stable. Grâce à la progression des prix des matières premières, la Russie a surmonté la phase de récession, et au cours de cette année, le Brésil y arrivera également. Dans l'ensemble, la croissance de l'économie mondiale sera donc plus élevée en 2017 que l'année précédente. Tout comme d'autres organisations l'ont fait auparavant, le FMI table dans ses prévisions de juillet sur une croissance de l'économie mondiale de 3,5 %.

La tendance des exportations allemandes reste à la hausse. Selon les résultats provisoires des statistiques de la balance des paiements de la Deutsche Bundesbank, les exportations de biens et de services ont baissé en prix courants en juin 2017 de 1,7 % par rapport au mois précédent. Comparées de manière plus représentative sur trois mois, elles ont cependant augmenté de 0,9 %. En juin, affichant une baisse de 4,7 %, les importations ont reculé nettement plus fortement que les exportations. En comparaison trimestrielle, elles ont augmenté de 1,8 % et ont, dans cette perspective, connu une augmentation plus forte que les exportations. La légère baisse des excédents de la balance des opérations courantes enregistrée depuis la mi-2016 se poursuit. Le indicateurs nationaux concernant les échanges extérieurs ainsi que le redressement de l'économie mondiale laissent entrevoir une progression modérée des exportations allemandes.

L'industrie allemande est au beau fixe. En juin, la production a fléchi de 1,4 % par rapport au mois précédent. Auparavant elle avait pourtant progressé pendant cinq mois consécutifs. Ainsi, en comparaison trimestrielle, le dynamisme est aussi élevé (+1,3 %) qu'au premier trimestre. L'embellie se fait sentir dans presque tous les secteurs économiques. Les chiffres d'affaires positifs confirment ce bilan. Selon les indicateurs provisoires, tels que le baromètre ifo du climat des affaires qui a atteint un pic historique, la croissance se poursuivra. Les entrées de commandes semblent également monter de sorte que la conjoncture industrielle progressera nettement au cours des prochains mois. Selon les données statistiques, la production dans le secteur de la construction reste stable à un niveau élevé et a contribué à la croissance au deuxième trimestre. Compte tenu du contexte économique propice aux activités de construction, le climat reste supérieur à la moyenne dans ce secteur. Dans ce contexte, les perspectives commerciales reprennent des couleurs.

L'évolution positive de l'emploi et des revenus font de la consommation des ménages un pilier essentiel de la conjoncture, également au deuxième trimestre 2017. En juin, les chiffres d'affaires du commerce de détail ont augmenté de 1,1 %. Au deuxième trimestre, ils ont donc progressé nettement de 1,4 %. Les ventes dans le commerce de véhicules ont augmenté de 3,1 % en mai, leur tendance est également positive. La normalisation des prix à la consommation, qui en juillet a été supérieure de 1,7 % par rapport à l'année précédente, ne semble en rien freiner la propension d'achat des consommateurs. En août, le climat de la consommation a atteint un nouveau record et le moral des détaillants est meilleur qu'à la moyenne.

Le marché du travail continue d'évoluer favorablement et les perspectives prêtent également à l'optimisme. La hausse mensuelle de l'emploi est un peu plus faible depuis février qu'au cours des trois mois précédents. En juin, le nombre de personnes actives a augmenté de 46 000 personnes au niveau national en chiffres corrigés des variations saisonnières. En chiffres non corrigés, le nombre de personnes actives s'est élevé à presque 44,4 millions, soit 1,5 % de plus que l'année passée. En mai, l'augmentation de l'emploi soumis aux cotisations sociales (+75 000 personnes) était de nouveau supérieure à celle de l'emploi en général, après des hausses plus faibles en mars et en avril. Dans presque tous les secteurs économiques, on recherche du personnel. Au début des vacances d'été en juillet, le chômage et le sous-emploi ont légèrement progressé. En chiffres non corrigés, 2,52 millions de personnes étaient enregistrées au chômage, soit 143 000 de moins que l'année passée. Le chômage et le sous-emploi corrigés des effets saisonniers étaient cependant moins élevés qu'en juin. L'évolution positive sur le marché du travail ne doit pourtant pas dissimuler les défis persistants. Ainsi, des divergences régionales importantes concernant le chômage persistent. Par ailleurs, la réduction du chômage de longue durée qui touchait en juin toujours quelques 900 000 personnes et l'intégration des réfugiés représentent des défis considérables.
----------------------------

Remarque :
Un exposé et un commentaire détaillés de la situation et de l'évolution économiques seront publiés dans l'édition de septembre du rapport mensuel « Schlaglichter der Wirtschaftspolitik ». Cette publication devrait être mise en ligne à partir du 28 août 2017 sur le site Internet du ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie.

----------------------------

[1] Le présent rapport se base sur des données disponibles au 15 août 2017. Sauf indications contraires, les chiffres indiqués représentent des taux de variation par rapport à la période précédente et sont établis sur la base de données corrigées de l'influence des prix ainsi que des effets calendaires et des variations saisonnières (méthode Census X-12-Arima).