Agence Internationale des Energies Renouvelables (IRENA) ; source : Agence Internationale des Energies Renouvelables (IRENA) agrandir l‘image

© Agence Internationale des Energies Renouvelables (IRENA)

Le secrétaire d'État au ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie Rainer Baake a dirigé la délégation allemande lors de la huitième assemblée des membres de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) à Abou Dabi aux Émi-rats arabes unis.

« Les énergies renouvelables sont l'élément clé pour atteindre nos objectifs climatiques de long terme et ce de manière inter-sectorielle, c'est-à-dire également dans le secteur des transports et des bâtiments. Les énergies renouvelables ont besoin d'un cadre juridique stable pour que le secteur privé investisse éga-lement. L'IRENA joue un rôle important de soutien à la transition énergétique globale. Dans des pays tels que la Chine, l'enjeu n'est pas uniquement la protection du climat mais aussi le con-trôle de la pollution de l'air », a souligné le secrétaire d'État Rai-ner Baake.

La 8ème assemblée de l'IRENA est axée sur la contribution des énergies renouvelables à la transition énergétique globale. Les thèmes « Énergies renouvelables et la transition énergétique », la géothermie ainsi qu'une discussion stratégique sur les contri-butions des États membres à la protection du climat dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat (NDCs) étaient à l'ordre du jour. Deux tables rondes ministérielles de haut rang sur les thèmes « Accélération de la transition énergétique globale : augmentation des investissements dans les énergies renouve-lables » et « Innovations pour la transition énergétique : élec-tromobilité » ont eu lieu avec la participation d'acteurs issus du milieu économique.

L'assemblée de l'IRENA de cette année portait par ailleurs sur la décision concernant le programme de travail et le budget pour 2018/2019 ainsi que l'orientation stratégique de l'IRENA pour les cinq prochaines années et la stratégie à moyen terme 2018-2022. L'IRENA en tant qu'organisation internationale et « voix » des énergies renouvelables continue d'être consolidée. Elle a pour objectif d'être un centre d'excellence pour les énergies re-nouvelables. À travers la Renewable Energy Roadmap 2030 (REMAP 2030), l'étude sur les coûts et le Global Atlas sur l'éo-lien et le solaire, l'IRENA a développé des instruments analy-tiques pour réaliser l'objectif de l'ONU qui consiste à garantir à tous un accès à l'énergie durable d'ici 2030. L'Allemagne va contribuer à la mise en œuvre de la roadmap.

En même temps, l'IRENA est la plateforme de coopération dans le domaine des énergies renouvelables. Les États travaillent ensemble pour développer des instruments d'aide effectifs et efficaces. L'IRENA mobilise l'aide aux pays en développement, par exemple à travers un réseau international d'énergies renou-velables sur les îles et les mesures « Capacity Building » en Afrique et dans le Pacifique. Elle est aussi un centre de consul-tation pour les États membres et conseille les gouvernements dans le développement de leur politique en matière d'énergies renouvelables.

L'assemblée annuelle de l'IRENA est l'organe de décision de l'ensemble (entre temps) des 154 membres de l'IRENA (153 États + UE) qui décide de l'orientation du programme et du bud-get de l'organisation. L'IRENA est ainsi l'organisation internatio-nale qui a connu la croissance la plus rapide au cours des 100 dernières années. Cela est dû au Directeur général Adnan Z. Amin venant du Kenya qui dirige avec succès le secrétariat de l'IRENA depuis 2011. L'IRENA a été créée en janvier 2009 à Bonn. Avec l'objectif d'élargir son personnel à 90 personnes, l'IRENA va essentiellement poursuivre les activités commen-cées en 2011 et œuvrer à encourager les échanges de connais-sances, à analyser des scénarios, potentiels et coûts des tech-nologies ainsi que proposer des conseils en matière politique. Le Centre d'innovation et de la technologie (IITC) de Bonn, en service depuis avril 2011 et inauguré officiellement le 6 octobre 2011, financé par l'Allemagne à hauteur d'environ 5 millions de dollars américains par an, contribue pour une part importante aux activités de l'Organisation.

En marge de la conférence, le secrétaire d'État Rainer Baake a rencontré plusieurs ministres et chefs de délégation et entre autres les représentants des États Unis et du Maroc. À l'issue de l'assemblée de l'IRENA, il a également assisté au World Future Energy Summit (WFES) à Abou Dabi et à des rencontres bilaté-rales avec les Émirats arabes unis dans le cadre du partenariat énergétique entre l'Allemagne et les Émirats arabes unis.