Source : iStock.com/Opla

© iStock.com/Opla

À l'invitation de la ministre fédérale de l'Environnement Barbara Hendricks, les États du G20 se sont réunis le 27 novembre à Berlin lors de la première réunion du G20 consacrée au dialogue sur l'utilisation efficace des ressources. Le nouveau processus intergouvernemental a été créé lors du sommet du G20 à Hambourg. L'objectif est de promouvoir, au sein des vingt économies mondiales principales, une utilisation plus efficace et plus respectueuse de l'environnement des ressources naturelles telles que les matières premières, l'eau et les sols. Barbara Hendricks et le secrétaire d'État au ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie Matthias Machnig ont ouvert ensemble la conférence.

Barbara Hendricks a déclaré à ce propos : « Quiconque souhaite atteindre les objectifs de Paris en matière de protection du climat, doit investir dans l'utilisation efficace des ressources. En utilisant plus efficacement les matières premières, nous économisons de l'énergie et des transports et protégeons des écosystèmes importants. Nous avons besoin de produits, processus de production et styles de vie respectueux des ressources. À travers le nouveau dialogue intergouvernemental sur l'utilisation efficace des ressources, le G20 montre qu'il peut aussi faire face aux thèmes environnementaux internationaux. »

Le secrétaire d'État Mattias Machnig : « L'utilisation efficace des ressources contribue largement à renforcer durablement et à moderniser l'industrie. La numérisation et la construction légère sont des moteurs de l'utilisation efficace des ressources dont les pays émergents à forte croissance peuvent en particulier profiter. Le dialogue intergouvernemental du G20 est un pas important afin de démarrer la mise en réseau et les échanges nécessaires. »

Lors du sommet du G20 les 7 et 8 juillet 2017 à Hambourg, il a été décidé de créer un processus de dialogue continu sur l'utilisation efficace des ressources. Comptant comme l'une des dernières manifestations sous la présidence allemande du G20, la première rencontre du nouveau processus intergouvernemental a eu lieu les 27 et 28 novembre. Outre les délégations des gouvernements du G20, des représentants des organisations internationales, des milieux économique et scientifique et de la société civile étaient également attendus.

Les représentants de grandes entreprises et d'instituts de recherche ont entre autres expliqué comment ils réduisent nettement la consommation de leurs propres matières premières au cours de certains processus de production ou lors de l'organisation de l'offre de produits en s'appuyant sur les principes du recyclage.

Selon les calculs du Panel international des ressources (International Ressource Panel), la consommation annuelle de matières premières aujourd'hui de 85 milliards de tonnes pourrait augmenter et s'élever à 186 milliards de tonnes d'ici 2050 en l'absence de mesures correctives. En promouvant l'utilisation efficace des ressources et la protection du climat, la consommation des matières premières pourrait diminuer de 28 % et les émissions de gaz à effet de serre de plus de 60 %, tandis que les performances économiques mondiales augmenteraient dans le même temps de 1 %, a indiqué le Panel international des ressources.

L'Allemagne passe le relai à l'Argentine qui reprend la présidence du G20 à compter du 1er décembre 2017. Les prochaines présidences seront le Japon (2019) et l'Arabie Saoudite (2020).