Parlement européen

© Picture Alliance/AP Photo

Dans son discours sur l'état de l'Union européenne prononcé le 13 septembre 2017, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, a annoncé la présentation d'une nouvelle stratégie industrielle. Depuis un certain temps déjà, certains pays membres de l'UE, dont l'Allemagne, avaient réclamé une telle stratégie.

Brigitte Zypries, ministre fédérale de l'Économie et de l'Énergie, a déclaré à ce propos : « Je me réjouis que le président de la Commission européenne M. Juncker se soit exprimé clairement en faveur d'une nouvelle stratégie industrielle européenne. C'est un signal très important pour les industries en Europe. L'industrie en Europe, ce sont environ 32 millions d'emplois directs dans l'UE, une main-d'œuvre qualifiée et bien formée et des produits de haute qualité. Nos industries doivent relever les défis de la transformation numérique et des changements du contexte global. Nous avons besoin de mesures politiques concrètes afin de renforcer de manière durable la compétitivité de nos industries. Les propositions pour une communication sur la politique industrielle sont une contribution précieuse et ont été présentées à point nommé. »

La dernière communication sur la politique industrielle de la Commission européenne date de 2014. La Commission de l'époque avait envoyé un signal politique en fixant l'objectif d'une part de la création de valeur industrielle s'élevant à 20 %. Les États européens avaient réclamé depuis un certain temps déjà la publication d'une nouvelle communication qui devait poser les jalons pour l'avenir de l'industrie. En juin 2017, les « Friends of Industry » se sont réunis à Berlin à l'invitation de la ministre fédérale Brigitte Zypries et ont réclamé dans la « déclaration de Berlin », signée par 20 états européens, un engagement clair en faveur de l'industrie de la part de la Commission européenne.

En détail, la stratégie vise à renforcer et accroître la compétitivité de l'économie européenne par différentes mesures. Le dialogue entre tous les acteurs sera poursuivi et institutionnalisé (lors de l'Industry Day, par exemple) afin d'en déduire des mesures encore plus pratiques. Plus d'investissements notamment dans les technologies clés doivent générer plus de croissance et des emplois durables, adaptés aux besoins de l'avenir. Le développement du marché intérieur et une meilleure formation de la main-d'œuvre renforceront l'industrie. Différentes mesures sont destinées à promouvoir la numérisation des PME. La transition vers une production durable va faire de l'industrie européenne la pionnière globale dans ce domaine.

Les instruments destinés à soutenir les entreprises, également les entreprises industrielles, doivent être modernisés et élargis: le « Fonds européen pour les investissements stratégiques » (FEIS) sera prolongé jusqu'en 2020 et augmenté nettement. L'application pratique de la communication de la Commission européenne relative aux PIIEC (« projets importants d'intérêt européen commun ») doit être améliorée et renforcée.