La ministre fédérale de l'Économie Brigitte Zypries avec le ministre iranien des Transports et du Développement Urbain Abbas Ahmad Akhoundi.

La ministre fédérale de l'Économie Brigitte Zypries avec le ministre iranien des Transports et du Développement Urbain Abbas Ahmad Akhoundi.

© BMWi/Susanne Eriksson

La ministre fédérale de l'Économie Brigitte Zypries a rencontré le 27 juillet le ministre iranien des Transports et du Développement Urbain Abbas Ahmad Akhoundi.

La ministre de l'Économie, Brigitte Zypries : « L'accord sur le nucléaire conclu avec l'Iran a créé les conditions du rapprochement et de l'ouverture économique de l'Iran. Nous voulons qu'un nouvel élan soit donné à cet accord et réintégrer l'Iran au sein de l'économie mondiale. Je m'engage donc à relever les défis relatifs au financement des grands projets de telle sorte à continuer de développer les relations économiques irano-allemandes. Une fois mieux intégré dans l'économie mondiale, l'Iran doit également assumer plus de responsabilités. Cela vaut tant à l'extérieur qu'à l'intérieur : tous les acteurs aux Proche et Moyen Orient devraient œuvrer en faveur de l'endiguement de la violence. Les pouvoirs publics doivent toujours agir dans le respect des droits de l'individu et protéger ces derniers. »

En 2016, le volume des échanges entre l'Allemagne et l'Iran s'élevait à environ 3 milliards d'euros. Les exportations allemandes ont grimpé de 26 pour cent pour atteindre 2,6 milliards d'euros. Lors du premier trimestre de 2017, le volume des échanges irano-allemands dépassait 1 milliard d'euros. Les exportations allemandes ont augmenté d'environ 29 % et s'élevaient à 878 millions d'euros. L'Allemagne reste donc un des principaux partenaires commerciaux de l'Iran en Europe.

Il existe en Iran un grand besoin de modernisation dans le secteur industriel et des infrastructures. Les entreprises allemandes pourraient apporter une contribution importante avec leurs produits et technologies.