Teheran Skyline

© iStock.com/mazzo1982

Lors de la table ronde économique germano-iranienne à Berlin le 27 juin 2017, Brigitte Zypries, ministre fédérale de l'Économie et de l'Énergie, a déclaré à l’occasion de sa rencontre avec Mohammad Javad Zarif :

« L'accord conclu avec l'Iran reste pour nous un instrument important qui facilite le nouveau rapprochement du pays et son ouverture économique. Face au grand besoin de modernisation en Iran, les entreprises allemandes peuvent apporter une contribution importante grâce à leurs produits et technologies. Il est important de relancer de nouveau l'accord sur le nucléaire iranien et de réintégrer davantage le pays dans l'économie mondiale. Dans ce contexte, les sujets des banques et du trafic des paiements sont également importants. Malheureusement, des obstacles persistent dans ce domaine. Nous sommes en contact avec les établissements bancaires allemands et iraniens et œuvrons en faveur d'une amélioration et d'une intensification du trafic des paiements. Une fois mieux intégré dans l'économie mondiale, l'Iran doit également assumer plus de responsabilités, tant vis-à-vis de l'extérieur qu'à l'intérieur. Tous les acteurs aux Proche et Moyen Orient devraient œuvrer en faveur de l'endiguement de la violence. Mais cela est également nécessaire sur le plan national. Les pouvoirs publics doivent toujours agir dans le respect des droits de l'individu et protéger ces derniers. »

En 2016, le volume des échanges entre l'Allemagne et l'Iran s'élevait à environ 3 milliards d'euros. Les exportations allemandes ont grimpé de 26 pour cent pour atteindre 2,6 milliards d'euros. Au premier trimestre 2017, le volume des échanges entre l'Allemagne et l'Iran a également augmenté de 37 pour cent pour atteindre environ 813 millions d'euros. L'Allemagne reste donc un des principaux partenaires commerciaux de l'Iran en Europe.