Personnes dans la zone piétonne « Zeil » à Francfort

© iStock.com/Meinzahn

Dans le cadre du processus de discussion sur l'avenir de l'Union européenne, la Commission européenne a présenté le 10 mai le document de réflexion « la maîtrise de la mondialisation ». Les conséquences de la mondialisation y sont analysées et des propositions soumises, surtout sur la façon de façonner l'ordre mondial, le commerce, les investissements et la promotion de la compétitivité de l'UE.

La ministre fédérale de l'Économie et de l'Énergie, Brigitte Zypries, a déclaré à ce propos: « Nous prenons au sérieux les préoccupations et inquiétudes de la population face à la mondialisation. Il est important de les prendre en compte dans la discussion sur l'avenir de l'UE. Nous voulons et devons organiser activement la mondialisation de manière équitable. Celle-ci a besoin de règles claires. Ce n'est qu'ainsi que nous pouvons garantir une large participation de la population. L'objectif doit être d'agir d'égal à égal et de veiller à des conditions concurrentielles justes pour nos économies nationales européennes. Je me félicite particulièrement que la Commission ait pris compte de nos inquiétudes concernant les investissements directs unilatéraux et stratégiques des acquéreurs étrangers dans des domaines délicats de politique sécuritaire et industrielle. Dans un monde où la numérisation augmente, où les espaces économiques deviennent toujours plus proches, nous devons lutter contre le protectionnisme. L'Europe reste le plus grand espace commercial au monde. Nous devrions utiliser cette force et organiser ensemble activement la mondialisation à l'échelle européenne. »

Il est important que l'UE s'engage en faveur de marchés ouverts ainsi que de règles claires, inclusives et équilibrées pour des avantages réciproques dans les relations commerciales internationales. Cela inclut également la transparence, l'éducation, la recherche et les investissements par exemple dans l'infrastructure numérique ainsi que la politique de cohésion comme élément central de la politique économique et de l'emploi européenne. Les avantages des échanges doivent bénéficier à tous et aider les citoyennes et citoyens à faire face aux changements apportés par la mondialisation.