Le premier symposium germano-chinois souligne l'importance de l'industrie 4.0 pour les relations économiques bilatérales; Quelle: BMWi/Andreas Mertens

Le premier symposium germano-chinois souligne l'importance de l'industrie 4.0 pour les relations économiques bilatérales

© BMWi/Andreas Mertens

Matthias Machnig, secrétaire d'État du ministère fédéral de l'Économie, et Georg Schütte, secrétaire d'État du ministère fédéral de la Recherche, ont ouvert ce jour le premier symposium germano-chinois sur la fabrication intelligente et la mise en réseau des processus de production (industrie 4.0). Dans le cadre de cette conférence de deux jours organisée conjointement, environ 300 représentants de la politique, de l'économie et des sciences des deux pays discuteront de la collaboration germano-chinoise dans le domaine de l'industrie 4.0. La délégation chinoise compte environ 150 représentants de haut niveau issus des entreprises, des sciences et de la politique. Elle est dirigée par le prof. Huai, vice-ministre de l'Industrie et de la Technologie de l'information.

Le secrétaire d'État Machnig a déclaré à ce propos : « Nous avons choisi sciemment la Chine pour conclure l'année passée le premier accord de coopération bilatéral sur l'industrie 4.0. La Chine représente un partenaire central pour nous et des débouchés importants pour notre industrie. Notre objectif est de soutenir la coopération entre les entreprises de nos deux pays. Actuellement, il existe 20 projets de coopération germano-chinois dans le domaine de l'industrie 4.0. C'est un bon début. Mais nous devons surtout supprimer les barrières qui existent pour les entreprises et jeter les bases d'une collaboration durable, avec des cadres justes et des règles équitables (« level playing field ») pour les deux parties. L'industrie 4.0 nécessite par exemple une communication sûre et fiable, au-delà des frontières de l'entreprise ».

La collaboration doit se poursuivre au cours des prochaines années. Un groupe de travail germano-chinois mis en place à Pékin en constitue un pilier. Les entreprises de nos deux pays peuvent ainsi soumettre des propositions de solutions dans le cadre de la coopération.

Avec le symposium d'aujourd'hui, le BMBF développe encore la collaboration en matière de recherche avec la Chine dans le domaine de l'industrie 4.0. Selon Georg Schütte, secrétaire d'État du BMBF : « L'Allemagne et la Chine font progresser l'industrie 4.0 dans l'intérêt de nos deux pays. Des questions importantes, comme la communication sûre et fiable ou la confidentialité des données peuvent se résoudre plus facilement dans le cadre de coopérations de recherche communes. » Monsieur Schütte a souligné à ce propos la stratégie du BMBF pour la Chine, qui constitue une base commune pour le développement de solutions innovantes face aux défis mondiaux que sont notamment l'approvisionnement énergétique, l'électromobilité ou le secteur de la santé.

Les chaînes de valeur industrielles ne s'arrêtent pas aux frontières nationales. Les normes internationales de l'industrie 4.0 sont la clé de la compétitivité internationale des industries des deux pays. Ceux-ci souhaitent donc convenir d'une approche commune sur la standardisation de l'industrie 4.0. Un plan opérationnel définit les mesures concrètes et les résultats souhaités d'ici la rencontre annuelle de 2017. Les sujets clés sont des domaines centraux comme le modèle d'architecture de référence (RAMI 4.0), les robots de fabrication intelligents, la sécurité informatique, la communication sans fil, les cas d'application (Use Cases) et les logiciels industriels.

La conférence regroupe les résultats des coopérations germano-chinoises suivantes dans le domaine de l'industrie 4.0 :

  1. « Accord sur la promotion de la coopération des entreprises allemandes et chinoises dans le domaine de la fabrication intelligente et de la mise en réseau des processus de production » conclu entre le BMWi et le ministère chinois de l'Industrie et de la Technologie de l'information (MIIT) en juillet 2015 ;
  2. « Déclaration d'intention commune sur le développement et la diffusion de solutions innovantes résultant de la coopération scientifique et technologique bilatérale dans le domaine de la fabrication intelligente (industrie 4.0) et des services intelligents » conclue entre le BMBF et le ministère chinois de la Science et de la Technologie (MOST) en janvier 2016 ;
  3. Le sous-groupe de travail germano-chinois sur la normalisation de l'industrie 4.0 dans le cadre de la « Commission germano-chinoise sur la coopération en matière de normalisation » entre le BMWi et l'Office chinois de normalisation (SAC).

Des réunions conjointes annuelles sont prévues dans le cadre de ces accords. Elles ont lieu alternativement en Chine et en Allemagne.