Containers au port se dresse pour le commerce international; source : istockphoto.com/diego_cervo

© istockphoto.com/diego_cervo

L'Iran a réglé aujourd'hui les dettes encore impayées liées aux garanties de crédit à l'exportation accordées par le gouvernement allemand. Cela permet la reprise des garanties de crédit à l'exportation pour les exportations vers l'Iran.

Le Ministre fédéral de l'Économie, Sigmar Gabriel a déclaré à ce sujet : « Je me réjouis vivement du règlement des anciennes dettes de l'Iran. Il s'agit d'un pas important pour ranimer nos relations économiques. »

Pendant la période des sanctions, l'Iran avait une quantité élevée de dettes liées aux garanties de crédit à l'exportation accordées par le gouvernement allemand qui n'avaient pas été complètement réglées. Le règlement de ces dettes, effectué aujourd'hui, signifie que l'Iran a jeté la base permettant la reprise des garanties de crédit à l'exportation. Depuis le Implementation Day le 16 janvier 2016, c'est-à-dire depuis la suspension des sanctions, le gouvernement fédéral a accepté des demandes de garanties de crédit à l'exportation et délivré des lettres d'intérêts. Les entreprises ont manifesté un grand intérêt à reprendre les échanges avec l'Iran et à recevoir des garanties de crédit à l'exportation.

Avec les garanties à l'investissement et les garanties pour les prêts non liés, tous les instruments de garanties du gouvernement allemand sont de nouveau disponibles pour les activités commerciales avec l'Iran.

Les instruments de garanties du gouvernement allemand sont depuis des décennies un instrument éprouvé de couverture des exportations allemandes contre les risques politiques et économiques. Ils contribuent fortement à protéger et à créer des emplois en Allemagne. Rien que l'année dernière, le gouvernement fédéral a accordé des garanties aux exportations sous la forme de crédits à l'exportation à hauteur de presque 25,8 milliards d'euros. Le volume des garanties à l'investissement s'élevait à 2,6 milliards d'euros en 2015 et le volume des prêts non liés à 96 milliards d'euros.