Séance à Meseberg ; source : Bundesregierung/Guido Bergmann

© Bundesregierung/Guido Bergmann

Pendant sa séance à Meseberg, le conseil des ministres fédéral a dressé le bilan de la mise en œuvre de l'agenda numérique réalisé jusqu'à présent et a décidé des principales prochaines étapes qui doivent faire de la transformation numérique de l'économie allemande et européenne une réussite.

Le ministre fédéral de l’Économie, Sigmar Gabriel, a déclaré à ce propos : « Nous devons réussir la transformation numérique de notre économie pour rester compétitifs. L'agenda numérique nous a permis de faire un grand pas en avant et de mettre en œuvre la loi sur la numérisation de la transition énergétique et la loi sur le wifi. Les plateformes du sommet des TIC (IT-Gipfel) « Innovative Digitalisierung der Wirtschaft » (Numérisation innovatrice de l’économie) et « Industrie 4.0 » (Industrie 4.0) ont présenté des lignes directrices pour la souveraineté numérique, lancé une vaste campagne de sensibilisation des PME et élaboré le modèle d'architecture de référence pour l'Industrie 4.0 qui est introduit actuellement dans les organes internationaux chargés de la standardisation. Mais nous devons continuer de penser à l'avenir en matière de numérisation. J'ai déjà fait des propositions à ce sujet dans le cadre de la stratégie numérique 2025. »

La promotion des compétences clés, le soutien aux PME et le développement de programmes de soutien au développement de technologies numériques font partie, entre autres, des mesures qui ont été prises aujourd'hui. La plateforme Industrie 4.0 va prendre des mesures pour les mettre en œuvre et promouvoir de façon ciblée la coopération avec les partenaires nationaux et internationaux importants, tels que le Chine et le Japon.

Dans le cadre de la stratégie numérique 2025, le Ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie a soumis des propositions afin d'organiser le changement numérique « made in Germany » au-delà de la législature en cours. Elles vont du financement des fourreaux de fibres optiques rapides aux incitations visant les PME à investir davantage dans la numérisation, à la création d'un environnement propice à l'innovation pour les jeunes entreprises technologiques et les start-ups et à une stratégie « apprentissage numérique ».

Le ministre fédéral de l’Économie, Sigmar Gabriel, a déclaré à ce propos : « Nous avons besoin d'un financement plus ambitieux pour la croissance des start-ups. Il est vrai que nous avons fait beaucoup de progrès dans ce domaine. Des programmes ciblés accompagnent la phase de création et de croissance des entreprises. Mais nous voulons d'autres mesures fiscales qui continuent d'améliorer les conditions cadres pour les investissements, stimulent et soutiennent aussi bien les bailleurs de fonds que les parties prenantes.

Le premier ministre estonien Taavi Rõivas et le commissaire européen Günther Oettinger ont été invités à la séance. Ce dernier a donné un aperçu des activités de la Commission dans le domaine de la numérisation depuis la présentation de la communication sur la stratégie d'un marché intérieur numérique et a évoqué l'ensemble des mesures au sujet du commerce électronique et du contenu électronique.

Le ministre fédéral de l’Économie, Sigmar Gabriel, a déclaré à ce propos : « L'ensemble des mesures technologiques présentées en avril et la communication sur la numérisation de l'Industrie européenne sont particulièrement importants pour nous. L'Allemagne y joue un rôle de précurseur. Il s'agit désormais de mobiliser les autres États membres. L'objectif est de travailler ensemble pour faire de l'Europe le leader mondial de l'Industrie 4.0. »