BMWi/Maurice Weiss

© BMWi/Maurice Weiss

Le groupe de haut niveau (High-Level Group) de l'alliance pour « l'avenir de l'industrie » a adopté une déclaration commune lors de la conférence industrielle « Perspective d'avenir Industrie 30 », qui s'est tenue aujourd'hui au Ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie. La déclaration présente des orientations de politique industrielle et des revendications concrètes pour un site industriel européen novateur et riche en investissements.
La déclaration commune formule des recommandations d'action concrètes à l'adresse de l'UE.

La compétitivité mondiale de l'Europe doit être renforcée grâce aux investissements et aux innovations. Cela nécessite une plus grande cohérence sur le plan législatif. Il faut écarter de possibles effets négatifs, par exemple sur les capacités d'investir et d'innover en Europe (contrôle de la compétitivité et de l'innovation).

La politique énergétique et climatique nécessite également une meilleure coordination dans la législation et avant tout une orientation au cadre réglementaire international.

L'UE et les États membres doivent s'engager à ce que les nouveaux accords climatiques de Paris soient contraignants dans le monde entier pour éviter une fuite du carbone (carbon leakage) et par conséquent une fuite des emplois et des investissements en Europe. L'objectif industriel des 20% doit recevoir la même attention que l'objectif climatique des 20%.

Le système d'échange de droits d'émission européen (ETS) doit être organisé de telle façon qu'il y ait une opportunité de croissance dans l'Industrie, qui s'oriente au progrès technologique.

Vu le possible statut d'économie de marché de la Chine, l'alliance attend de la Commission européenne une analyse claire et surtout une analyse économique complète des impacts pour l'économie européenne.

Sur la voie du marché intérieur numérique européen, l'alliance souhaite davantage de rapidité ainsi que le maintien et le développement de compétences et de technologies de pointe (par exemple dans la microélectronique, la fabrication et la recherche sur les cellules de batteries).

Les trois initiateurs de l'alliance se sont exprimés lors de la conférence industrielle de la manière suivante:

Le ministre fédéral, M.Sigmar Gabriel, a déclaré: « Il est important pour l'Allemagne et l'Europe d'avoir une Industrie forte. Je suis donc fermement convaincu que l'Europe ne peut restée compétitive durablement que grâce à un noyau industriel fort. L'Industrie signifie aujourd'hui les technologies de pointe, rythme soutenu de l'innovation, de bonnes formations, en bref : huit millions d'emplois attractifs et productifs. Mais il est tout aussi évident que l'Industrie ne peut être le garant de la prospérité et de la réussite économique que lorsqu'elle est compétitive, et non pas seulement en Europe mais dans le monde entier. À cet effet, nous avons besoin de conditions cadres européennes fiables pour les investissements et la recherche et le développement mais surtout d'une orientation juste de la politique industrielle européenne. L'objectif consistant à augmenter la part de l'Industrie (dans le PIB) à 20% à l'horizon 2020 en Europe, continue de faire partie, d'après moi, de l'agenda de la politique européenne et doit recevoir la même attention que l'objectif climatique des 20%.

Le président de la fédération allemande de l'industrie (BDI), M. Ulrich Grillo, a déclaré: « La crise financière et économique mondiale a montré : L'Europe a besoin d'une industrie fort et moderne. La priorité doit être donnée aux investissements en Europe. Le niveau de l'investissement actuel est 15% au-dessous du niveau d'avant la crise. Il manque environ 300 milliards d'euros d'investissements par an. L'alliance pour « l'avenir de l'industrie » attend désormais de la politique européenne des lignes directrices claires en matière de politique industrielle. »

Le président du syndicat allemand de la métallurgie IG Metall, M. Jörg Hofmann, a déclaré: « Ces semaine-ci, des jalons importants sont posés pour l'avenir de l'Industrie et l'emploi. La question à laquelle nous sommes confrontés : Comment pouvons nous préserver une Europe dépourvue de frontières intérieures? Quelle doit être notre politique énergétique à l'avenir? Comment pouvons nous assurer l'industrie sidérurgique européenne face à la concurrence déloyale ou promouvoir le développement de l'électromobilité? Pour trouver la bonne voie, nous devons agir ensemble et de façon coordonnée. C'est dans ce but que nous avons créé l'alliance pour « l'avenir de l'Industrie » et que nous cherchons des solutions concrètes. »

Vous pouvez lire la déclaration du groupe de haut niveau (High-Level Group) sous le lien suivant ici.

Un sondage de l'institut Forsa, mené auprès de la population et commandé par l'alliance, souligne la nécessité d'engager le dialogue dans la société sur le thème de l'acceptation de l'Industrie. L'alliance a planifié de nombreuses activités à ce sujet. Une semaine d'action va entre autres avoir lieu en septembre partout en Allemagne.

La conférence industrielle d'aujourd'hui est organisée par le Ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie et l'alliance pour « l'avenir de l'Industrie »; un partenariat solide entre l'Industrie, les syndicats, les employeurs et la politique.