Sigmar Gabriel, ministre fédéral de l'économie et de l'énergie, a présenté le rapport économique annuel 2016; Quelle: BMWi/Andreas Mertens agrandir l‘image

Sigmar Gabriel, ministre fédéral de l'économie et de l'énergie, a présenté le rapport économique annuel 2016

© BMWi/Andreas Mertens

Le conseil des ministres fédéral a adopté aujourd'hui le rapport économique annuel 2016 du gouvernement fédéral, intitulé « Assurer l'avenir - Exploiter les chances offertes par le changement numérique ». L'économie allemande maintient le cap et poursuit sa croissance, malgré un contexte international fragile. Le produit intérieur brut allemand devrait augmenter cette année de 1,7%, en données corrigées des prix. L'année dernière déjà, le taux d'activité a continué d'augmenter. Pour la neuvième fois consécutive, un nouveau record a été atteint avec quelques 43 millions d'actifs. Les augmentations sensibles des revenus et l'augmentation du taux d'activité sont la source du dynamisme économique soutenu en Allemagne. D'autres impulsions conjoncturelles émanent des investissements privés dans la construction de logements.

M. Sigmar Gabriel - ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie : « La force économique de l'Allemagne, que nous envient de nombreux pays, est aussi la preuve d'une politique économique et de l'emploi réussie. Elle n'est cependant pas le garant de la prospérité future. En effet, nous traversons une phase de changement profond. La pression concurrentielle mondiale persiste et la tendance démographique entraîne une diminution du nombre de personnes actives. Nous devons dès à présent poser les jalons pour les années futures afin que l'Allemagne reste, dans dix ans encore, un site économique et industriel compétitif et leader à l'échelle mondiale. À cette fin, nous devons moderniser notre économie et stimuler davantage les investissements publics et privés. Depuis le début de la législature, nous nous efforçons de consolider les forces d'innovation et de croissance de l'économie et de renforcer la protection sociale ainsi que la durabilité environnementale.

Chiffres clés du développement macroéconomique en République fédérale d'Allemagne [1]2014 2015Projection annuelle
2016

Variations en glissement

annuel en %, sauf indication contraire

Formation du produit intérieur brut (PIB)
PIB en données corrigées des prix
Personnes actives (au niveau national)
Taux de chômage en % (définition de l'Agence fédérale pour l'emploi) [2]

1,6
0,9
6,7

1,7
0,8
6,4

1,7
0,9
6,4
Utilisation du PIB corrigé des prix
Ménages et organisations privées sans but lucratif
Biens d'équipement
Constructions

0,9
4,5
2,9

1,9
3,6
0,2

1,9
2,2
2,3
Demande intérieure1,31,62,3
Exportations
Importations
Contributions extérieures [3]
4,0
3,7
0,4
5,4
5,7
0,2
3,2
4,8
-0,4
Salaires bruts par salarié (nominal)2,72,92,6

[1] Données provisoires de l'Office fédéral de la Statistique jusqu'en 2015 ; situation en janvier 2016;
[2] Sur la base de l'ensemble des personnes actives;
[3] Variations absolues des stocks et du solde extérieur en % du PIB de l'année précédente (= contribution au taux de croissance du PIB)

L'arrivée d'un grand nombre de réfugiés n'a eu jusqu'à présent qu'un faible impact sur le marché du travail. Malgré les dépenses supplémentaires liées à l'immigration, le ratio de la dette au PIB sera inférieur au seuil des 70% du produit intérieur brut au cours de cette année. L'intégration rapide sur le marché du travail des réfugiés ayant une chance élevée d'obtenir le droit d'asile est essentielle. L'année dernière, le gouvernement fédéral a déjà pris de nombreuses mesures dans ce but. Parallèlement, les innovations et les investissements dans des projets porteurs d'avenir deviennent plus importants. La numérisation, qui exerce une influence grandissante sur l'économie et la société, a un rôle clé à jouer.

Le ministre fédéral, M.Sigmar Gabriel, a déclaré : « L'économie et la société traversent un processus de transformation technologique profond. Quiconque souhaite profiter des chances offertes par la numérisation, doit la voir comme un défi de gestion. Le gouvernement fédéral soutient l'économie dans la création de nouveaux modèles d'activité et dans la transition vers l'Industrie 4.0 et les services intelligents. Pour cela, nous avons créé des programmes de soutien ciblés. Nous développons l'infrastructure numérique et élaborons un cadre règlementaire moderne. Outre une meilleure éducation et formation numérique et une plus grande souveraineté numérique, la mise en place d'un cadre règlementaire moderne est aussi la condition pour les mutations sociales ».

Afin de consolider la dynamique de croissance et de continuer d'augmenter le potentiel de croissance, le gouvernement fédéral va augmenter les investissements de l'État fédéral et alléger la charge des länder fédéraux et des communes de plus de 45 milliards d'euros à l'horizon 2019. Ainsi, le gouvernement donne une marge de manœuvre supplémentaire en matière d'investissements. Par ailleurs, le gouvernement fédéral prend de nombreuses mesures pour encourager les investissements privés. Ainsi, il continue de réduire la bureaucratie et poursuit sa stratégie, à savoir améliorer les conditions cadres (fiscales) pour le marché du capital-risque et les start-ups en Allemagne. En outre, la transition énergétique reste un projet de politique économique central. Le gouvernement fédéral augmente notamment l'efficacité des aides dans le cadre de la loi sur les énergies renouvelables et continue de développer le marché de l'électricité grâce à la loi sur le marché de l'électricité.