Les drapeaux des États-Unis et de l'Europe représentent TTIP- Transatlantic Trade and Investment Partnership ; Source : istockphoto.com/Dragan Trifunovic

© istockphoto.com/Dragan Trifunovic

Lors de sa 7e réunion, le comité consultatif TTIP du ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie (BMWi) a discuté aujourd'hui, sous la présidence de Matthias Machnig, secrétaire d'État au BMWi, des risques et des chances du Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP) pour les pays en développement. À cette occasion, le professeur Felbermayr de l'Institut ifo à Munich a présenté, en tant qu'expert externe, les résultats d'une étude réalisée pour le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement. Selon cette étude, les pays émergents et les pays en développement peuvent bénéficier de simplifications et de normes communes dans les échanges entre l'UE et les États-Unis ainsi que d'une plus forte demande. En revanche, des accords de libre-échange bilatéraux peuvent également entraîner des réorientations des échanges, a souligné le professer Felbermayr. Le comité consultatif a été unanime pour estimer qu'il faut tenir compte des effets du TTIP sur les pays émergents et les pays en développement dès la phase des négociations et également après la conclusion de l'accord.

Le secrétaire d'État Machnig a par ailleurs souligné la nécessité de promouvoir, outre le TTIP, les efforts en faveur d'autres accords multilatéraux dans le cadre de l'OMC. « Lors de notre réunion, nous avons eu un vif débat sur les effets potentiels de l'accord sur les pays non membres. En tant qu'accord bilatéral entre les deux plus grands blocs commerciaux du monde, le TTIP aura bien sûr des implications sur les pays en développement. L'accord devrait donc permettre aux entreprises des pays non membres de tirer également profit de simplifications et de normes communes. Il est tout aussi important de continuer à miser, parallèlement aux négociations sur le TTIP, sur les négociations internationales et sur les normes définies à l'échelle internationale et de faire avancer, pas par pas, les discussions épineuses au niveau de l'OMC. »

Comme à l'accoutumée, les documents mis à disposition aux membres du comité consultatif seront publiés sur le site Internet du ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie.