Sigmar Gabriel, ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie, Johanna Wanka, ministre fédérale de l'Éducation et de la Recherche, et les participants de la plateforme Industrie 4.0

© BMWi

La Foire de Hanovre a accueilli aujourd'hui le coup d'envoi officiel de la plateforme Industrie 4.0, une initiative commune du milieu politique, des entreprises, des fédérations, de la recherche et des syndicats. Dans le cadre de cette plateforme étendue, le gouvernement fédéral entend mettre activement à profit les possibilités et perspectives offertes par la numérisation de la société. À la suite du travail fructueux de la Verbändeplattform Industrie 4.0 pilotée par les fédérations professionnelles allemandes de la machine-outil (VDMA), des industries électriques (ZVEI) et des technologies de l'information et de la communication (BITKOM), la nouvelle plateforme a vocation à aborder la question de l'industrie 4.0 sur une base politique et sociale plus large et se réorienter tant du point de vue thématique que structurel. La direction de la nouvelle plateforme Industrie 4.0 est assurée par le ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie, Sigmar Gabriel, et par la ministre fédérale de l'Éducation et de la Recherche, Johanna Wanka, ainsi que par des représentants de haut niveau de l'industrie et des fédérations professionnelles ainsi que du syndicat de la métallurgie IG Metall et de la société Fraunhofer.

Le ministre fédéral de l'Économie et de l'Énergie, Sigmar Gabriel, a déclaré à ce propos : « La numérisation marquera d'une manière déterminante les modes de vie, de travail et de production de demain en Allemagne. Aujourd'hui, nous posons des bases importantes pour la course aux produits et aux marchés de demain. C'est pourquoi nous devons, surtout en ce qui concerne l'industrie 4.0, valoriser les atouts de l'Allemagne et continuer à développer la position exceptionnelle de notre industrie. C'est l'objectif commun que nous voulons atteindre en réunissant les entreprises, la recherche et les représentants des salariés au sein de la plateforme Industrie 4.0 "Made in Germany". »

La ministre fédérale de l'Éducation et de la Recherche, Johanna Wanka, a déclaré : « Le concept d'industrie 4.0, issu de la recherche, a été formulé en tant que projet d'avenir. Aujourd'hui, il donne le cap à suivre pour transformer l'industrie allemande pour la préparer aux défis de l'avenir. Il convient maintenant de mettre ce concept en pratique. Cela passe par une coordination renforcée entre toutes les parties prenantes ainsi que par des exemples concrets issus de la pratique et destinés à la pratique. Le ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche fait donc avancer de manière ciblée le passage des laboratoires de recherche aux usines ».

Réunis en groupes interdisciplinaires, les participants à la plateforme Industrie 4.0 se penchent sur des thèmes d'avenir comme la standardisation, la recherche et la sécurité. La plateforme travaille également sur des sujets comme le cadre juridique, le travail et la formation initiale et continue. Les résultats de ces travaux devraient être disponibles d'ici la fin de l'année et être présentés lors du sommet des TI en novembre 2015. Des entreprises participantes travaillent déjà ensemble sur des projets de mise en œuvre pratique.

Les futures activités s'appuieront sur les résultats obtenus jusqu'à présent par la Verbändeplattform Industrie 4.0, qui ont été remis aujourd'hui et constituent la « stratégie de mise en œuvre ». Outre le programme de recherche en cours, cette stratégie présente également les modules centraux de l'industrie 4.0. Face à la situation de départ diverse et complexe, la stratégie a vocation à instaurer un cadre propice à la création d'architectures de référence pour l'industrie 4.0 - une grille qui servira au développement de la numérisation et à une vaste mise en réseaux dans la production.

« La Verbändeplattform Industrie 4.0 s'est beaucoup impliquée de manière interdisciplinaire dans l'industrie 4.0 et a sensibilisé l'industrie, le milieu politique et l'opinion publique à ce thème. Les résultats des groupes de travail constituent en outre une base importante pour la réussite de l'industrie 4.0 et pour le renforcement de l'excellente position de l'Allemagne face à la concurrence internationale », déclare Siegfried Dais, porte-parole du directoire et du comité de pilotage de la Verbändeplattform Industrie 4.0 et associé de la société Robert Bosch Industrietreuhand KG.

Cet organe de pilotage est composé de représentants de grandes entreprises industrielles de trois branches essentielles pour le concept d'Industrie 4.0 - la construction mécanique et des équipements, l'électronique/électrotechnique et l'industrie des TIC - ainsi que de représentants du syndicat de la métallurgie IG Metall et de la société Fraunhofer :

  • le professeur Siegfried Russwurm, membre du directoire de Siemens AG ;
  • le Dr. Eberhard Veit, président du directoire de Festo AG & Co. KG. ;
  • Bernd Leukert, membre du directoire de SAP SE ;
  • Reinhard Clemens, membre du directoire de Deutsche Telekom AG ;
  • Ulrich Grillo, président de la Fédération des industries allemandes (BDI) ;
  • le professeur Reimund Neugebauer, président de la société Fraunhofer ;
  • Jörg Hofmann, vice-président d'IG Metall.

Le ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche continue à soutenir le travail du comité consultatif scientifique.

Les groupes de travail sont pilotés par des experts issus de l'industrie. Les groupes d'experts sont constitués de représentants de l'industrie, du milieu politique, des entreprises, des fédérations, de la recherche et des syndicats. Les groupes de travail bénéficient du soutien d'une antenne rattachée au ministère fédéral de l'Économie. Les trois fédérations - VDMA, ZVEI et BITKOM - apporteront aussi à l'avenir une contribution importante.

La nouvelle structure de la plateforme Industrie 4.0 est disponible sur les sites Internet du ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie (BMWi) et du ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche (BMBF).

Partenaires: