Navigation

Hyperliens internes pour la navigation

Sujet - Politique des PME

Les PME, un modèle de réussite

Introduction

Les petites et moyennes entreprises (PME) sont à la base de la réussite économique de l’Allemagne: plus de 99 % des entreprises allemandes sont en effet des PME. Elles produisent plus de la moitié de notre valeur ajoutée, créent près de 60 % des emplois et offrent environ 82 % des places d’apprentissage.

Les PME sont la principale force motrice en matière d’innovation et de technologie en Allemagne et jouissent également d’une très bonne réputation à l’étranger. Afin de préserver leur compétitivité, elles doivent sans cesse se repositionner. Une étude récente sur les PME montre que les PME innovantes resteront le modèle de réussite « Made in Germany ». Les petites et moyennes entreprises peuvent garder le cap sur la réussite en continuant à miser sur leurs stratégies éprouvées de spécialisation et de concentration sur des niches, mais pour ce faire, elles devront notamment mettre à profit les avantages de la numérisation et relever avec succès les défis liés à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

Afin que les PME allemandes conservent leur vitalité, leur force et leur capacité d’innovation face aux défis futurs, le ministère fédéral de l’Économie intervient à plusieurs niveaux afin de continuer à renforcer la compétitivité, la capacité d’innovation et l’emploi dans le secteur des PME.

Quatre chiffres sur le secteur des PME

58,8
Symbolicon für Menschen

pour-cent des emplois
en Allemagne sont créés par les PME

99,6
Icône Symbole pour les immeubles de bureaux en Allemagne

pour-cent des entreprises allemandes
sont des PME

35,3
Symbolicon für Eurostapel

pour-cent du chiffre d’affaires total
réalisé en Allemagne le sont par les PME

81,8
Symbolicon für Statistik

pour-cent des apprentis
en Allemagne sont en formation dans des PME

Diversifié, dynamiques, innovantes

Les PME, un modèle de réussite économique

L’économie allemande est fortement marquée par les petites et moyennes entreprises (PME). Notre modèle économique tire sa force non de la domination de certaines entreprises, branches d’activité ou régions économiques, mais de son mix très diversifié, composé de petites, moyennes et grandes entreprises. Elles sont spécialisées dans les domaines les plus divers, souvent très étroitement imbriquées et réparties sur l’ensemble du territoire.

Les PME, un secteur très diversifié. La gamme va de l’entreprise familiale traditionnelle à la start-up branchée, de l’entreprise artisanale classique aux entreprises de haute technologie très innovantes en passant par les indépendants et les prestataires de services comme les commerçants et les professions libérales, du fournisseur régional à l’acteur d'envergure mondiale, de l’autoentrepreneur ou de la microentreprise à la société employant plusieurs centaines de salariés dans le monde. On trouve dans le secteur des PME des marques de très ancienne tradition, des nouveaux venus sur le marché ou des marques moins connues, mais tout aussi synonymes de qualité, de précision et d’innovation. C’est cette diversité qui fait la force du modèle allemand des PME.

Les PME sont des partenaires performants des grandes entreprises. Les PME coopèrent étroitement avec les grandes entreprises, qui leur confient des missions sur l’ensemble de la chaîne de création de valeur. Partenaires fiables, et souvent hautement spécialisés, de ces grandes entreprises, les PME leur fournissent des prestations amont et aval et les aident à concevoir et réaliser des produits, services et solutions intégrées complexes.

Les PME allemandes sont très axées sur l’international. Environ 44 % des entreprises allemandes contribuent directement ou en tant que sous-traitants au succès du commerce extérieur de l’Allemagne. À partir d’un chiffre d’affaires annuel de deux millions d’euros, au moins une entreprise sur deux a des activités à l’étranger. Le chemin de l’étranger présente aussi des intérêts pour les petites entreprises, comme le montre le fait que même les très petites entreprises tirent en moyenne plus de 20 % de leur chiffre d’affaires de leurs activités à l’étranger.

Le secteur des PME est un moteur en matière d’innovation et de technologie. En matière d’innovation, les PME allemandes occupent une très bonne place dans l’Union européenne : en 2014, plus de 42 % des PME allemandes ont mis sur le marché un nouveau produit ou un nouveau process. Au niveau de l’UE, la moyenne était d’un peu plus de 30 %. Par ailleurs, de nombreuses petites entreprises, le plus souvent familiales, sont des « champions cachés », des leaders du marché fournissant des produits de haute technologie destinés à certains marchés de niche ou à la sous-traitance de grandes entreprises.

En Allemagne, les PME, c'est aussi un état d’esprit. Toutes les PME ont en commun une culture d’entreprise caractérisée par une unité en termes de propriété et de gestion, et donc de responsabilité et de risque. Ce modèle est garant de circuits décisionnels courts et de processus de décision rapides et confère aux entreprises la souplesse dont elles ont besoin pour réagir rapidement à l’évolution des marchés. Il se traduit également par un mode de gestion misant sur la continuité et le long terme, et qui se manifeste par les rapports responsables avec les salariés, les clients et les partenaires commerciaux et par le profond enracinement de ces entreprises dans les régions où elles sont établies. Proches du client et de ses besoins, les PME peuvent détecter à temps les évolutions du marché et les transposer en solutions viables et innovantes.

Les PME allemandes sont devenues une marque internationale (« German Mittelstand »). L’Allemagne compte un nombre extraordinaire de « champions cachés », des entreprises qui réalisent des produits et des solutions innovants et hautement spécialisés en étroite coopération avec leurs clients du monde entier. Quelle est la clé de leur réussite ? Le choix de la meilleure qualité, leur forte intégration verticale et la concentration sur leur cœur de compétences.

Diversifiées et dynamiques, attachées à leurs racines et innovantes – ces atouts permettent aux PME de très bien résister aux crises et d’apporter une contribution déterminante à la compétitivité et au niveau d’emploi élevé de l’Allemagne. Malgré un contexte économique mondial difficile, les PME pratiquent une politique des ressources humaines axée sur le long terme, investissent dans leur personnel et forment des apprentis. Elles sont un facteur de stabilité économique et sociale pour l’Allemagne et lui permettent d’avoir le plus bas taux de chômage des jeunes en Europe.

Afin que les PME puissent continuer à jouer ce rôle clé au sein de notre modèle économique, le BMWi les met au cœur de sa politique économique. Par sa politique moderne en faveur des PME, le ministère améliore les conditions cadres pour l’entrepreneuriat, fait la promotion d’un climat favorable aux créateurs et chefs d’entreprise et crée des incitations en faveur de la réussite durable des entreprises.

Un classeur; Source: mauritius images/Wolfgang Filser

© mauritius images/Wolfgang Filser

Programme d'action « Zukunft Mittelstand » (Avenir PME)

Les PME, un modèle de réussite économique

Changement démographique, transition énergétique, numérisation : les PME allemandes sont actuellement confrontées à des défis multiformes, qui se doublent de chances énormes. Ainsi, le changement démographique et la transition énergétique ouvrent de nouveaux champs d’activité et de nouvelles possibilités; les solutions numériques peuvent aider les entreprises à alléger leurs processus, à augmenter leur productivité et à participer à des réseaux de création de valeur internationaux.

Misant sur une combinaison éprouvée de continuité et de dynamisme, les PME allemandes sont dans une bonne position pour relever les défis qui s’annoncent et maîtriser les bouleversements structurels. En sa qualité de ministère fédéral responsable des PME, le BMWi appuie les entreprises par une politique moderne et tournée vers l’avenir en faveur des PME et crée des incitations en faveur de la réussite durable des entreprises.

Les dix priorités de la politique du BMWi en faveur des PME:

Promouvoir l’esprit d’entreprise

Les créations et transmissions d’entreprises revêtent une importance déterminante pour l’économie allemande. Les plus de 300 000 entreprises créées chaque année sont des garantes du dynamisme économique et de la création d’emplois. Les start-ups, vivier d’innovation, sont les PME de demain. Quand elle réussit, la transmission d’une entreprise d’une génération à l’autre préserve des modèles d’activité éprouvés, l’expertise entrepreneuriale et les emplois.

Notre campagne de sensibilisation « Neue Gründerzeit » (une nouvelle Gründerzeit, la période des fondations d’entreprises datant d’avant la Première Guerre mondiale) fait la promotion de l’esprit d’entreprise en Allemagne et s’adresse plus précisément à des publics encore peu présents dans la création d’entreprises, comme les femmes (initiative BMWi-Initiative FRAUEN unternehmen, jeu de mot sur « entreprises de FEMMES » et « les FEMMES entreprennent) et les créateurs d’entreprise potentiels d’origine étrangère (parrainage de créateurs d’entreprises).

Les sites www.existenzgruender.de et www.existenzgruenderinnen.de fournissent un vaste ensemble d’informations et de conseil. Notre Bourse de succession d’entreprises Nexxt-Change est un site Internet qui met en contact des chefs d’entreprise désireux de transmettre leur entreprise et des successeurs potentiels. Avec notre programme EXIST, dont les conditions ont encore été améliorées en 2016, nous renforçons la culture de création d’entreprise dans l’enseignement supérieur et accordons des bourses aux jeunes scientifiques créateurs d’entreprise. Nos accélérateurs aident les jeunes start-ups à s’internationaliser et à faire leurs premiers pas sur le marché américain. Dernière mesure en date : le German Accelerator Life Sciences, inauguré fin 2015 à Boston, est venu rejoindre les sites existant déjà à Palo Alto et New York. Pour en savoir plus.

Assurer le financement des entreprises, renforcer le financement de la création d’entreprises et de la croissance

L’accès à un financement adéquat est une condition essentielle à la capacité des PME à investir et à innover et donc à leur compétitivité.

Le financement des PME au moyen de crédits est très courant en Allemagne et le BMWi suit donc de près les effets de la régulation des marchés financiers sur la disponibilité et les conditions des crédits accordés aux PME. Notre objectif : les PME ne doivent pas être défavorisées par rapport aux grandes entreprises cotées en Bourse et leurs intérêts doivent être pris en compte.

Afin de renforcer le marché du capital-risque, le BMWi a débloqué environ deux milliards d’euros par le biais de plusieurs instruments, dont la nouvelle dotation de 500 millions d'euros à la facilité pour la croissance du fonds de fonds PRE/FEI (financé par le Fonds européen d’investissement (FEI) et le fonds spécial du Programme de rétablissement européen (PRE)), le nouveau fonds de co-investissement coparion, d’un volume de 225 millions d’euros, et le fonds de fonds PRE/FIE (incluant le « European Angels Fonds ») porté à 1,7 milliard d’euros. En outre, nous œuvrons en faveur d’une amélioration des conditions cadres fiscales pour le capital-risque et voulons intensifier les introductions en Bourse de jeunes entreprises à forte croissance.

Garantir la couverture des besoins futurs en main-d’œuvre qualifiée, intégrer les réfugiés à l’apprentissage et à l’emploi

La couverture des besoins en main-d’œuvre qualifiée est un des défis essentiels pour les entreprises allemandes. D’un côté, l’Allemagne doit faire face à une concurrence internationale croissante pour les meilleurs cerveaux ; de l’autre côté, les PME rivalisent avec les grandes entreprises dans la recherche de main-d’œuvre qualifiée. Une politique moderne pour les PME doit donc mieux valoriser le potentiel de main-d’œuvre nationale tout en recrutant de la main-d’œuvre qualifiée étrangère.

L’« Allianz für Aus- und Weiterbildung » (Alliance pour la formation initiale et continue) conclue par le BMWi, l’Agence fédérale pour l’emploi, des représentants des entreprises, des syndicats et des Länder augmente l’attractivité et la reconnaissance sociale de la formation professionnelle en alternance. Les conseillers du programme « Passgenaue Besetzung » (« Recrutement ciblé ») aident les PME à trouver les candidats les mieux adaptés aux places d’apprentissage qu’elles proposent. En coopération avec les partenaires sociaux, nous adaptons régulièrement les règlements de formation aux nouvelles exigences du monde du travail, notamment dans le domaine des « compétences numériques ». Le programme « Berufsbildung ohne Grenzen » (Apprentissage sans frontières) a été créé pour améliorer les compétences interculturelles des apprentis. Pour en savoir plus.

Différents programmes sont par ailleurs consacrés au recrutement ciblé de travailleurs qualifiés et d’étudiants étrangers souhaitant venir en Allemagne et les informent sur la vie et l’emploi en Allemagne (portail du BMWi-Portal www.make-it-in-germany.com ; assistance téléphonique « Arbeiten und Leben in Deutschland » (Vivre et travailler en Allemagne) ; initiative « Study and Work »). Pour en savoir plus.

Afin de faciliter l’intégration des réfugiés dans la formation et l’emploi, le BMWi propose avec ses partenaires différentes offres d’information et de conseil, dont le réseau d’entreprises « Unternehmen integrieren Flüchtlinge » (Les entreprises intègrent les réfugiés) et environ 150 « Willkommenslotsen » (Guides de bienvenue), rattachés aux chambres et organisations économiques régionales. Ils aident les petites et moyennes entreprises à intégrer des réfugiés par le biais de stages, d’apprentissages et de l’emploi et les conseillent pour toutes les questions pratiques.

Mieux légiférer et réduire la bureaucratie

Une réglementation moderne et effective ainsi qu’une administration efficace sont à la base d’un ordre économique compétitif : les chefs d’entreprise, les jeunes créateurs d’entreprise ou les personnes reprenant une entreprise doivent surtout pouvoir se concentrer sur leur activité et consacrer le moins de temps possible aux formalités bureaucratiques et administratives.

En introduisant le frein à la bureaucratie « one in-one out » (pour chaque nouvelle réglementation introduite, une réglementation existante doit être supprimée), les lois I et II sur l’allègement de la bureaucratie et la modernisation du droit des marchés publics, le BMWi a réduit de manière considérable la bureaucratie et les charges liées à l’application des réglementations pour les entreprises (allègements dus à ces trois lois : environ 2 milliards d’euros). En même temps, la modernisation du droit des marchés publics améliore l’accès des PME aux commandes passées par les pouvoirs publics. La mise en place du test PME garantit que les coûts spécifiques induits pour les PME par tous les projets de loi et de règlement du gouvernement fédéral soient obligatoirement pris en considération. Pour en savoir plus.

Passer au numérique et en tirer profit

La transition numérique transforme très rapidement notre société et notre économie. La combinaison des produits et services intelligents fait apparaître des chaînes de création de valeur entièrement nouvelles. Cela offre aux entreprises de nouvelles possibilités d’activité, tout en les confrontant à de nouveaux défis.

Afin d’appuyer la numérisation des PME, le BMWi a créé sur l’ensemble du territoire des centres de compétences PME, actuellement au nombre de dix, un centre de compétences « Artisanat numérique » et quatre agences PME 4.0. Les entreprises peuvent y expérimenter leurs propres réalisations techniques ou leurs interfaces avec les produits et les clients avant d’investir dans des systèmes adaptés. L’axe prioritaire du BMWi « Mittelstand Digital – Strategien zur digitalen Transformation der Unternehmensprozesse » (PME numériques – applications TIC dans l’économie) aide les PME à utiliser de manière intelligente les techniques modernes d’information et de communication, à se numériser et à s’interconnecter et à utiliser l’« Industrie 4.0 ». D’autres programmes sensibilisent les entreprises à des sujets comme la protection et la sécurité des données. Pour en savoir plus.

Renforcer la capacité d’innovation

La capacité d’innovation est la clé de la compétitivité future. Les PME allemandes occupent une place importante dans la recherche de réponses innovantes et de solutions durables aux mutations de la société et aux défis planétaires comme le réchauffement climatique, la numérisation de tous les domaines de la vie et le changement démographique.

Le BMWi appuie la capacité d’innovation des entreprises par des cadres propices à l’innovation et des programmes d’aide axés sur les besoins du marché. Le « Zentrale Innovationsprogramm (ZIM) » (Programme central d’innovation pour les PME) accorde des subventions aux projets de recherche et de développement axés sur le marché. L’interaction entre les PME au sein de réseaux d’innovation et avec des institutions de recherche est notamment financée par le ZIM, mais aussi par le programme « go cluster ».

Saisir les possibilités offertes par la mondialisation

Les PME allemandes sont très axées sur l’international: environ 44 % des entreprises allemandes contribuent directement ou en tant que sous-traitants au succès du commerce extérieur de l’Allemagne. Le chemin de l’étranger présente des intérêts : même les petites entreprises tirent une part considérable de leur chiffre d’affaires de leurs activités à l’étranger. L’expérience montre que les PME exportatrices affichent aussi de meilleurs résultats sur le marché national que leurs concurrents.

Avec ses offres de promotion des exportations regroupées sous la marque commune « Mittelstand global » (Les PME à l’international), le BMWi propose aux PME des outils de promotion efficaces, souples et axés sur la demande, qui les aident à s’internationaliser. Les secteurs d’avenir comme l’énergie, les techniques environnementales, le secteur de la santé et la sécurité civile sont pris en compte, comme de nombreuses autres branches de l’industrie. Cette offre comprend par exemple des initiatives en faveur des exportations avec des voyages destinés à la mise en valeur de nouveaux marchés et à l’établissement de contacts d’affaires, des informations sur les marchés fournies par Germany Trade & Invest (gtai), les chambres de commerce allemandes à l’étranger, la participation aux foires et expositions et l’assurance-crédit à l’exportation. Le BMWi œuvre également en faveur de la facilitation des échanges et de la conclusion d’accords de libre-échange bilatéraux et internationaux. Pour en savoir plus.

Contribuer activement à la politique européenne en faveur des PME

L’importance du marché unique européen a nettement augmenté pour les PME: plus de 93 % des PME exportatrices sont actives sur le marché européen.

Le BMWi représente d’une voix ferme les intérêts des PME à Bruxelles en demandant la création d’un marché unique favorable aux PME, un accès simplifié, sans complications bureaucratiques, aux programmes d’aide de l’UE et l’élimination des entraves injustifiées. Il intervient en même temps en faveur du maintien des structures éprouvées et couronnées de succès, notamment l’autonomie administrative de l’économie et ses éléments clés, tels que la formation professionnelle en alternance, le brevet de maîtrise obligatoire, le système des chambres de métiers ainsi que la concertation entre les partenaires sociaux. Le BMWi sensibilise à temps les PME allemandes aux projets de la Commission européenne (par exemple avec le « EU-Mittelstandsmonitor », moniteur des PME sur les projets de l’UE) et les informe de manière plus active sur les programmes d’aide pertinents, comme COSME et sur les appels d’offres.

Renforcer les PME dans les régions structurellement plus faibles

Au niveau international, l’Allemagne se distingue par la large répartition régionale des PME sur l’ensemble du territoire allemand : ailleurs, les entreprises sont surtout concentrées dans les capitales alors qu’en Allemagne, la plupart des PME sont implantées partout, même dans les petites villes. Pour qu’il en soit ainsi encore à l’avenir, le BMWi, en menant une politique régionale ciblée, œuvre en faveur de l’amélioration du cadre économique dans les régions structurellement plus faibles.

La tâche d’intérêt commun « Amélioration des structures économiques régionales » (GRW) de la Fédération et des Länder finance des investissements industriels et des investissements dans les infrastructures communales de support aux activités économiques, des mesures de promotion de la mise en réseau et de la coopération entre les acteurs locaux ainsi que des actions améliorant la compétitivité des petites et moyennes entreprises. La GRW est complétée par d’autres programmes en faveur de la mise en réseau des PME entre elles et avec des institutions de recherche industrielle externes d’utilité publique dans les régions structurellement plus faibles (il s’agit p. ex. de l’initiative en faveur des technologies propres pour l’Est de l’Allemagne, INNO-KOM-Ost). Pour en savoir plus.

Créer de nouveaux domaines d’activité dans le cadre de la transition énergétique

La transition énergétique offre aux PME la possibilité d’exercer leurs activités sur de nouveaux marchés, tels que le secteur des services énergétiques ou la rénovation énergétique des bâtiments, et contribue à la création d’emplois au niveau local, par exemple dans la construction ou l’artisanat. Le BMWi propose aux PME des offres de conseil et des possibilités de financement adéquates leur permettant de mettre en valeur ces nouveaux domaines d’activité. Par ailleurs, il aide les PME à organiser leur processus de production dans un souci d’efficacité énergétique et à introduire des technologies à haut rendement énergétique.

Vous trouverez des précisions et un complément d’information sur les mesures concrètes engagées dans ces dix thématiques dans le programme d’action « Avenir PME ».

Plantes ornementales symbolisent le thème la politique pour les PME; Source: mauritius images / euroluftbild.de / Hans Blossey