Navigation

Hyperliens internes pour la navigation

Sujet - Formation en alternance

Formation et emploi

Introduction

Le système de formation allemand est un modèle gagnant et un des facteurs déterminants qui font du taux de chômage de l’Allemagne le plus faible de l’Union européenne.

La formation professionnelle offre aux jeunes de bonnes conditions pour intégrer la vie active ainsi que des perspectives variées en matière de carrière et d’évolution. Étant donné que les entreprises allemandes ont besoin d’une main-d’œuvre qualifiée et bien formée, les carrières accessibles par la formation professionnelle n’avaient jamais été aussi prometteuses.

La caractéristique principale du système de formation professionnelle en alternance est une formation dispensée parallèlement dans l’entreprise et dans un centre de formation professionnelle. Les apprentis suivent de 3 à 4 jours par semaine un enseignement pratique en entreprise et de 1 à 2 jours un enseignement théorique dispensé par le centre de formation professionnelle. Lors de l’« apprentissage en travaillant », ce sont les praticiens des entreprises qui jouent le rôle principal : associés à l’élaboration du règlement d’apprentissage, ils fournissent les informations importantes pour les programmes techniques de formation en entreprise et pour les exigences relatives aux examens. C’est une garantie importante de l’acceptation des règlements d’apprentissage par les entreprises.

Initiative pour l'équipement des centres de formation professionnelle: Préparer la future main d'œuvre qualifiée à la numérisation

C'est dans les centres de formation professionnelle que la main d'œuvre de demain et d'après-demain acquiert son savoir faire. Bien que la numérisation fasse partie depuis longtemps du quotidien dans les entreprises, un tiers des centres de formation professionnelle n'est même pas encore raccordé à l'internet. Il manque le réseau Wi-Fi, des logiciels et de l'équipement technique.

Les appareils connectés et modernes, les robots et systèmes intelligents de contrôle doivent également trouver leur place dans les centres de formation professionnelle. De nombreuses communes n'ont pas les moyens financiers, afin d'adapter leurs centres de formation professionnelle aux dernières technologies. La ministre fédérale de l'Économie Brigitte Zypries demande donc un programme d'action pour les centres de formation professionnelle et plaide en faveur d'une plus grande coopération entre l'État et les länder fédéraux en matière d'éducation et de formation.

LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN ALTERNANCE : FAITS ET CHIFFRES

325
Symbolicon für Schultasche

métiers d’apprentissage en 2016

431
Symbolicon für Unternehmen in Deutschland

entreprises allemandes formaient des apprentis en 2014

68
Symbolicon für Menschen

pur cent des apprentis sont embauchés par leur entreprise à l’issue de leur formation

520
Symbolicon für Notizen

contrats d’apprentissage ont été signés en 2016, dont 304 263 dans l’industrie et le commerce

Alliance pour la formation initiale et continue

Une union forte pour une formation de qualité

Afin de renforcer la formation professionnelle, le gouvernement fédéral a conclu en décembre 2014 l’Alliance pour la formation initiale et continue avec des représentants des entreprises, des syndicats et des Länder réunis au ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie. Cette alliance remplace le Pacte national pour la formation et la relève en main-d’œuvre qualifiée arrivé à échéance en 2014.

L’objectif des partenaires est de renforcer la formation professionnelle en alternance et de promouvoir l’équivalence entre formation professionnelle et enseignement supérieur. L’Alliance met en œuvre la garantie de formation stipulée dans l’accord de gouvernement : elle prévoit que chaque jeune intéressé par une formation doit se voir proposer un parcours pouvant le mener le plus rapidement possible à un diplôme professionnel, priorité étant accordée à la formation en entreprise.
En 2015, les signataires de l’Alliance ont engagé des mesures d’importance majeure et apporté une contribution concrète au renforcement de la formation en alternance. Ils ont notamment mené une action de promotion concertée en faveur d’une augmentation du nombre de places d’apprentissage et de leur déclaration auprès de l’Agence fédérale pour l’emploi, mis en place un nouvel instrument d’aide, la formation assistée, développé les aides d’accompagnement à la formation et élaboré un vaste modèle de placement a posteriori.

Ouvrir des perspectives aux réfugiés

Réunis au sein de l’Alliance pour la formation initiale et continue, la Fédération, les entreprises, les syndicats et les Länder ont en outre adopté le 18 septembre 2015 des mesures très importantes destinées à permettre aux réfugiés de trouver un emploi et une formation. Dans leur déclaration commune intitulée « Ensemble, donnons des perspectives aux réfugiés », ils ont notamment convenu les mesures suivantes :

  • des cours supplémentaires de langue et d’intégration ;
  • l’instauration de « guides d’accueil », des personnes assurant le lien entre les entreprises et les réfugiés (ce programme du BMWi a commencé début 2016 avec environ 140 guides) ;
  • l’intégration des enfants de réfugiés et des jeunes dans les écoles d’enseignement général et préprofessionnel
  • ainsi qu’un accès rapide des personnes tolérées et des demandeurs d’asile ayant une perspective de régularisation aux actions de soutien à la formation (comme le nouvel instrument d’aide de la formation assistée, p. ex.).

Les partenaires signataires de l’Alliance continueront en 2016 à relever ensemble les défis actuels du marché de la formation, dans l’intérêt des jeunes, qu’ils soient résidents en Allemagne ou réfugiés.
Le texte de l’accord sur l’Alliance (en allemand) est disponible ici (PDF : 8,7 Mo), le texte de la déclaration des partenaires relatives aux réfugiés ici (PDF : 132 Ko).

Métiers d’apprentissage

327 métiers d’apprentissage, 327 perspectives de carrière passionnantes

Les entreprises recherchent des apprentis motivés ! Il existe 327 métiers d’apprentissage et chaque demandeur de formation peut donc trouver ce qu’il cherche. Pour que cela continue et afin de répondre à des exigences en mutation permanente, le BMWi, associé aux partenaires sociaux, modernise les codes d’apprentissage et les adapte aux évolutions techniques actuelles.

La formation en entreprise est régie par les codes d’apprentissage, qui fixent les normes nationales relatives aux programmes d’apprentissage, le calendrier de formation et les examens. La norme nationale et le diplôme agréé par l’État ont valeur de label de qualité et de repère pour les employeurs lorsqu’ils recrutent de nouveaux salariés. Cela facilite donc également la recherche d’emploi.

Les codes d’apprentissage sont adaptés aux progrès techniques, aux évolutions de la pratique professionnelle et aux changements économiques et sociétaux. On les modernise ou on en crée de nouveaux en fonction des besoins des entreprises. Une vue d’ensemble actualisée de la formation en alternance est disponible ici.

La formation est en outre une composante importante de l’Agenda numérique du gouvernement fédéral. Ainsi, le sommet national des TIC mettra cette année l’accent sur la formation numérique.

Davantage de perméabilité et de flexibilité

Nous voulons, par une approche plus souple et plus dynamique, atteindre avec les métiers à formation en alternance tous les types et toutes les tailles d’entreprise et au moins tous les jeunes titulaires d’un diplôme de fin de scolarité. Nous voulons également que les jeunes moins favorisés au départ puissent accéder à un apprentissage sans passer par des voies d’attente ou des dispositifs de transition.

Placement ciblé d’apprentis dans les entreprises

Dans les chambres consulaires et les autres fédérations professionnelles, environ 170 conseillers aident les petites et moyennes entreprises à recruter des apprentis correspondant parfaitement aux places d’apprentissage qu’elles proposent. En contribuant ainsi à garantir la couverture des besoins en main-d’œuvre qualifiée, le programme « Placement ciblé » renforce la compétitivité des PME. Outre le soutien lors du pourvoi de places d’apprentissage, les conseillers aident aussi les PME à mettre en place et développer une culture de l’accueil et à intégrer les apprentis et personnels qualifiés étrangers.

La Fédération nationale de l’artisanat allemand (ZDH) assure la coordination du programme sur lequel elle fournit également des informations complémentaires (en allemand).

Les femmes dans les métiers MINT

Les mathématiques, l’informatique, les sciences naturelles et la technique, ce que l’on appelle les disciplines MINT, sont des domaines où les personnes qualifiées titulaires d’une formation professionnelle ont de très bonnes chances sur le marché de l’emploi. Du fait de la montée en puissance du numérique, le demande en main-d’œuvre qualifiée dans ces disciplines va continuer à augmenter. Malheureusement, les jeunes filles sont encore trop peu nombreuses à choisir un apprentissage dans ce domaine. Des stages professionnels, par exemple, peuvent montrer aux élèves les perspectives, leur donner une image réaliste de ces métiers et leur ouvrir la voie vers une carrière dans un métier MINT.

Il est très important pour le BMWi de donner envie aux jeunes filles de s’engager dans une formation en alternance dans les métiers MINT. Le ministère se félicite donc du Pacte national pour les femmes dans les métiers MINT.

Intégrer les jeunes handicapés à la formation professionnelle

La formation professionnelle en alternance est un facteur d’inclusion et offre aux jeunes handicapés une perspective de participation à la vie professionnelle et sociale. De nombreuses entreprises ont déjà dans leur personnel de jeunes apprentis handicapés. Le Centre de compétence « Personnel qualifié » financé par le BMWi aide, par des informations, des manifestations et des exemples de bonnes pratiques, les PME désireuses de prendre en apprentissage de jeunes handicapés.

L’intégration par la formation

La base d’une intégration réussie

Pour les réfugiés arrivant en Allemagne, une formation en entreprise est une des clés essentielles d’une intégration réussie. Elle leur ouvre en effet des perspectives de carrière professionnelle, de participation à la vie sociale et de vie indépendante.

À moyen terme, les réfugiés peuvent peuvent contribuer au maintien d’un réservoir suffisant de main-d’œuvre qualifiée. Outre la protection contre l’expulsion et la guerre, les nouveaux arrivants peuvent trouver en Allemagne une nouvelle perspective grâce à une intégration ciblée au marché allemand de l’emploi.

Des guides d’accueil pour les réfugiés en formation

Dans les chambres consulaires et les autres fédérations professionnelles, environ 140 guides d’accueil appuient les petites et moyennes entreprises dans toutes les questions liées à l’intégration des réfugiés dans une formation, un stage ou l’emploi. Les guides d’accueil vont dans les entreprises, les conseillent sur le cadre juridique, sur les formalités administratives éventuelles et sur les offres régionales et nationales d’aide aux entreprises. Le conseil fournir vise à trouver pour chaque cas la solution assurant la meilleure adéquation entre le candidat et le poste. Afin d’assurer un placement durable, les guides d’accueil aident les entreprises à instaurer et développer en leur sein une culture de l’accueil.

La Fédération nationale de l’artisanat allemand (ZDH) assure la coordination du programme sur lequel elle propose également des informations complémentaires.

Une étape importante : le projet de loi sur l’intégration

Cette loi vise à encourager l’intégration des nouveaux arrivants dans la société et sur le marché du travail tout en les incitant à faire des efforts pour s'intégrer, selon le principe « encourager et exiger ». Les accords contiennent un grand nombre de mesures importantes pour les entreprises désireuses de former et d’employer des réfugiés et qui apportent ainsi une contribution précieuse à l’intégration. La loi sur l’intégration contient également ce que l’on appelle la disposition 3+2, en faveur de laquelle le ministre de l’Économie, Sigmar Gabriel, s’est impliqué très activement. Cette disposition vise à permettre aux réfugiés formés en Allemagne d'obtenir un permis de séjour de deux ans supplémentaires en cas d’embauche à l’issue de leur formation. C’est une étape importante franchie vers plus de sécurité juridique et vers une simplification des procédures pour les réfugiés suivant un apprentissage et les entreprises qui les forment.

Ensemble de mesures de l’Alliance pour la formation initiale et continue

L’Allemagne n’offre pas aux réfugiés qu’une protection contre la guerre, l’expulsion et les persécutions politiques. Elle veut aussi leur donner la possibilité de se qualifier et de travailler.

Les cours de langue sont un facteur déterminant pour améliorer l’intégration des personnes qui viennent en Allemagne. Le gouvernement fédéral a considérablement augmenté les fonds alloués à l’apprentissage général des langues. La somme mise à disposition, de 559 millions d’euros, doit permettre à 300 000 réfugiés et immigrants de participer à un cours d’allemand. Vous trouverez des informations sur d’autres actions dans la section Alliance pour la formation initiale et continue.

Le portail d’information sur les qualifications professionnelles étrangères BQ-Portal aide à l’établissement des équivalences des diplômes professionnels

La reconnaissance des qualifications et diplômes étrangers est un outil important au service de l’intégration réussie des réfugiés et des migrants au marché du travail allemand. De nombreuses entreprises cherchent du personnel qualifié. Le portail BQ les aide à mieux se repérer dans les qualifications acquises à l’étranger.

Le réseau « Les entreprises intègrent les réfugiés »

Le réseau national « Les entreprises intègrent les réfugiés » a été lancé en mars. Ce réseau, géré par l’Association des chambres de commerce et d’industrie allemandes (DIHK) et le BMWi, a pour mission d’appuyer l’engagement des entreprises dans la formation, les stages et l’emploi des réfugiés. La plate-forme proposée permet aux entreprises de partager connaissances et expériences et de recevoir des réponses aux problèmes courants.

Centre de compétence « Personnel qualifié » : des informations pour les PME

Le Centre de compétence « Personnel qualifié » (KOFA) offre aux petites et moyennes entreprises un soutien en matière de gestion du personnel par le biais d’une plate-forme Internet. Le portail propose également des informations ciblées en fonction des publics, sur l’intégration des réfugiés à l’emploi et à la formation. Il fournit aux PME des informations sur les possibilités d’emploi des réfugiés, sur le cadre juridique et sur les offres d’aide et les motive au moyen d’exemples pratiques sur l’intégration des réfugiés.

Pour plus d'informations

  • 17.12.2015 - Communiqués de presse - Politique des réfugiés et de l'asile

    Communiqués de presse: M. Gabriel donne le coup d'envoi au travail de 150 responsables de l'accueil des réfugiés sur le parcours des ateliers de l'artisanat

    Ouvre vue détaillée
Apprentis au travail sur le thème de la formation et de la profession; Quelle: Franz Bischof/Laif