Le 3 septembre 2014, le conseil des ministres fédéral a adopté la nouvelle Stratégie high-tech - Innovations pour l'Allemagne. Elle a pour objectif de renforcer la croissance économique et la prospérité sociale en Allemagne grâce à une politique homogène d'innovation. L'accent est notamment mis sur l'accélération du transfert des découvertes scientifiques vers des produits, procédés et services répondant aux besoins du marché et sur l'amélioration des conditions générales relatives aux innovations. En 2014, le gouvernement fédéral a investi 14 milliards d'euros à cette fin, des investissements du même montant sont prévus pour 2015. Ainsi, la tendance à la hausse des investissements d'avenir se poursuit.

La nouvelle Stratégie high-tech se concentre sur cinq objectifs prioritaires pour l'avenir, particulièrement importants pour la croissance économique et la prospérité sociale en Allemagne, à savoir : économie et société numériques, gestion économique durable et énergie, innovation dans le monde du travail, santé, mobilité intelligente et sécurité civile. Parallèlement, il est prévu de développer, au cours de cette législation, de nouveaux instruments permettant d'accélérer le transfert des résultats de recherche vers l'application concrète. Par ce biais, la coopération entre les entreprises et les établissements d'enseignement supérieur spécialisé ou les universités, les organisations scientifiques et les établissements de recherche sous tutelle des ministères doit être renforcée. Par ailleurs, les petites et moyennes entreprises, les clusters de pointe et les réseaux comparables pourront ainsi s'orienter plus fortement vers l'international. Ainsi, le programme « go cluster » initié par le ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie va promouvoir l'internationalisation de clusters d'innovation régionaux. Avec le soutien du gouvernement fédéral, l'économie et la science coopéreront dans de nombreux projets de coopération, tels que ceux destinés à promouvoir l'électromobilité ou les procédés de fabrication numérique (Industrie 4.0). Les petites et moyennes entreprises sont au centre de la promotion de l'innovation ; elles profitent notamment des programmes de soutien ouverts à toutes les technologies initiés par le ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie, tels que le Programme central d'innovation pour les PME (ZIM) et le mécanisme de la Recherche industrielle commune.

En outre, les conditions générales sont améliorées. Les règlementations techniques dans le domaine de l'évaluation de la conformité et de l'accréditation, de la surveillance des marchés, de la métrologie et de la normalisation doivent devenir plus favorables à l'innovation et être harmonisées à l'échelle internationale. Ces mesures permettent également d'abolir des obstacles non tarifaires au commerce pour des produits et services innovants allemands.

Grâce à la nouvelle Stratégie high-tech, le gouvernement fédéral renforce l'implication de la société dans les activités d'innovation : La participation des citoyens, l'ouverture d'esprit aux technologies et les innovations sociales gagnent en importance. Pour ce faire, le gouvernement fédéral va développer de nouveaux formats lui permettant de rendre la promotion de la recherche plus transparente et plus cohérente.

Dans ce cadre, il bénéficie du soutien du Forum high-tech, un comité consultatif en matière de politique d'innovation qui regroupe 20 experts issus des milieux des sciences, de l'économie et de la société. Le Forum high-tech est co-présidé par Andreas Barner, président de l'Association des donateurs pour l'avancement des sciences et des lettres en Allemagne (Stifterverband für die Deutsche Wissenschaft), et Reimund Neugebauer, président de la Société Fraunhofer (Fraunhofer-Gesellschaft). Le secrétaire d'État Matthias Machnig représente le ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie au sein du comité consultatif.