Mission

Le comité consultatif des petites et moyennes entreprises et des professions libérales (comité consultatif des PME) auprès du ministère fédéral de l'Économie et de l'Énergie se penche sur la situation et les perspectives des petites et moyennes entreprises ainsi que des professions libérales. Il conseille le ministre sur les questions auxquelles fait face l'économie des PME suite aux modifications structurelles dans l'économie allemande et extérieure. Il analyse en outre l'impact de certaines mesures actuelles de politique économique sur la situation économique des petites et moyennes entreprises. Les membres du comité ont la possibilité de constituer des groupes de travail et de consigner leurs travaux sous forme de résolution.

Création

Le comité consultatif des petites et moyennes entreprises a été constitué suite à une motion du 7 mai 1956 déposée par la Commission parlementaire pour les questions spéciales des petites et moyennes entreprises, qui répondait à une demande du chancelier fédéral de l'époque, Konrad Adenauer. La première séance constitutive du comité des petites et moyennes entreprises eut lieu le 5 décembre 1956, sous la présidence du ministre de l'Économie de l'époque, le Prof. Dr. Ludwig Erhard. Depuis lors, les membres du comité, qui sont nommés à chaque début de législature, se rencontrent généralement deux fois par an afin de répondre aux questions générales des petites et moyennes entreprises.

Membres

Le comité réunit des personnalités qui, du fait de leur activité pratique et de leur expérience des questions relatives à la politique des petites et moyennes entreprises, sont particulièrement qualifiées pour une telle mission. Les membres du comité ne sont les représentants d'aucun groupement, mais des personnalités indépendantes qui défendent exclusivement leurs convictions personnelles et ne sont soumises à aucune consigne.

Thèmes des précédentes rencontres

Pendant cette législature, les thèmes suivant ont notamment été discutés au cours des réunions du comité consultatif des PME :

  • pérennisation de la main d'œuvre qualifiée avec prise en compte du développement démographique et des particularités du recrutement des personnels qualifiés dans la branche des sciences et techniques
  • financement des PME, notamment Bâle III
  • aménagement de la taxe professionnelle
  • internationalisation